Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 août 2011 5 26 /08 /août /2011 11:36

27 siècles d'Histoire pour une ville sublime aux confins de l'Europe et de l'Asie.

Galata-Tower-06---depuis-Galata-Bridge.jpgJe rentre d'Istanbul et j'ai encore des images de cet endroit magnifique plein les yeux. 15 millions d'habitants pour une métropole chargée d'histoire, depuis la création de Byzance, vers 667 avant JC, jusqu'au classement au patrimoine mondial de l'UNESCO, en 1985. Successivement cité grecque sous le nom de Byzance, capitale de la Thrace, capitale romaine rebaptisée Constantinople en hommage à l'Empereur Constantin 1er, point de départ du fabuleux Empire Ottoman et, finalement, berceau de la Guerre d'Indépendance et de la création de la République de Turquie au lendemain de la Première Guerre Mondiale, Istanbul peut se targuer d'un passé hétéroclite baigné de cultures différentes qui lui ont donné son présent si chatoyant. Istanbul est une ville ouverte, accueillante, chaleureuse, vivante et fière de son passé; une ville exactement comme je les aime !

Le majestueux Bosphore qui permet de rejoindre les mers de Marmara et Noire, l'extraordinaire Palais de Topkapi - résidence des sultans ottomans du 15è au 19è siècle -, le fantastique mais beaucoup plus européen Palais de Dolmabahce qui lui a succédé comme "pied-à-terre" constantinopolitain des sultans, la Mosquée de Sultanahmet - dite Mosquée bleue à cause des mosaïques azures et marines qui décorent ses murs intérieurs, Aya Sofia - ou Sainte-Sophie - ancienne basilique chrétienne, dédiée à la Sagesse Divine, qui fut aussi orthodoxe avant de devenir une mosquée après la prise de Constantinople par Mehmet II le Conquérant (ndlr il est amusant de constater le Mehmet II conserva le nom grec de l'édifice, Hagia Sofia, soit Sainte-Sophie, qui devient, en turc, Aya Sofia)... autant de choses à découvrir à Istanbul auxquelles il faut encore ajouter la Tour de Galata - poste d'observation militaire avant de devenir prison et, enfin, poste d'observation astronomique -, la Nouvelle Mosquée, édifiée au 17è siècle pour la sultane mère, Safiye, épouse de Murad III, et qui trône à l'endroit où se rejoignent la Corne d'or et le Bosphore, le Pont du Bosphore qui enjambe le détroit pour relier les rives européenne et asiatique de la ville ou la pétillante Place Taksim, véritable centre de l'Istanbul moderne qui grouille de monde et qui, à la nuit tombée, devient lieu de tous les amusements nocturnes...

Plutôt que de longs discours, je vous propose ce petit montage photographique pour partir en balade dans les rues d'Istanbul, véritable trait d'union entre l'Orient et l'Occident...

Istanbul, trait d'union entre l'Orient et Occident
Olivier Moch - août 2011



Les noms de la ville

Byzance d'abord, Constantinople ensuite, Istanbul enfin... trois noms pour une seule et même ville. Mais d'où viennent ces trois appellations ?

Byzance (de -667 à 330) : du nom, selon la mythologie grecque, de son fondateur, Byzaz, fils de Poseïdon et petit-fils de Zeus et d'Io, la prêtresse du temple d'Argos, que Zus changea en génisse blanche pour cacher cette amour à sa femme, Hera. Il est davantage crédible que le nom de Byzance provienne du terme grec buzo, qui signifie serré, eu égard au Bosphore, passage étroit entre deux mers.

Constantinople (de 330 à 1930) : du nom de l'Empreur romain Constantin 1er qui a agrandi la superficie de la ville de trois à quatre fois par rapport à l'ancienne Byzance. Constantin passa six années, de 324 à 330, à dessiner et à faire construire la nouvelle ville pour qu'elle soit conçue comme la Nouvelle Rome. Elle est donc bâtie sur le modèle de Rome, sur sept colines, avec quatorze zones urbaines, un forum, un capitole, un sénat, des aqueducs pour acheminer l'eau et un champs de course et de jeux.

Istanbul (depuis 1930) : deux théories s'affrontent, l'une émane de la période byzantine l'autre de l'Empire ottoman. Selon la première théorie, Istanbul serait dérivé de l'expression grecque eis tèn polin (vers la ville) qui est traduit en turc par is tim boli. Pour la seconde théorie, la richesse de Constantinople à l'apogée de l'Empire ottoman la faisait désigner par l'appellation Là où l'Islam abonde qui se disait alors Islam-Bol...

Quoi qu'il en soit, avant la Guerre d'Indépendance (1919-1923), alors que Constantinople était le nom officiel de la ville, Stamboul désignait le coeur historique de la Cité, ce que l'on appelle aujourd'hui la vieille ville, au sud de la Corne d'Or, c'est à dire les quartiers de Sultanahmet, d'Eminönu et de Fatih. Stamboul fut étendu à toute la ville et 1928 et corrigé en Istanbul suite à la réforme de la langue turque voulue par Atatürk. Istanbul devient l'appellation officielle de la ville le 28 mars 1930.

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans A découvrir
commenter cet article

commentaires