Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 10:08

Aujourd’hui la haine de l’islam ou du musulman prend la place de la haine de l’étranger…

 

I6La question de l'islamophobie refait surface dans les médias. Le Soir de ce matin s'interroge : "Assiste-t-on à un regain de l'islamophobie ?"(1). Je l’ai dit et écrit déjà mais nous vivons dans une société paradoxale dans laquelle on prône l’interculturalité, le respect et la tolérance mais où, dans les faits, le racisme ordinaire et l’intolérance sont exacerbés. Il suffit de prendre un bus, de s’attarder à la terrasse d’un café, de patienter dans une file d’attente à la caisse d’une grande surface et de tendre l’oreille pour se rendre compte de ce racisme ordinaire qui est l’apanage d’une très grande frange de la population. L’homophobie émarge au même triste constat !

 

Il semble, cependant, que ce racisme ordinaire cède le pas à une forme de haine plus précise et plus ciblée à l’encontre des musulmans en général et de tous les arabes en particulier. Selon le Centre pour l’Egalité des Chances et la Lutte Contre le Racisme, l’islamophobie se répand partout dans le monde occidental depuis les attentats du 11 septembre 2001, à New York. Le discours raciste banalisé prend, désormais, davantage pour cible les musulmans que les étrangers au sens large du terme. «On constate une sorte de glissement du racisme touchant les Nord-Africains et les Turcs vers un discours islamophobe. On ne s’exprime plus contre les étrangers mais contre les musulmans. C’est une nouvelle forme de racisme qui produit en fait les mêmes effets» remarquait, en 2009 déja, Edouard Delruelle, Directeur du Centre pour l’Egalité des Chances et la Lutte Contre le Racisme dans les colonnes de La Libre Belgique(2).

 

Islamophobie est un terme assez récent qui désigne la peur et les préjugés à l'encontre de l'islam ainsi que, par la suite, la peur et le rejet des personnes de confession musulmane. De la peur ou de l’inconnu nait la haine qui débouche sur des comportements anti-islamiques de plus en plus courants et pernicieux. Et de cette haine religieuse est née une haine raciale qui repose sur l’amalgame entre Arabes, Turcs et musulmans. Il est capital aujourd’hui de faire la différence entre islam et terrorisme ; entre arabes, Turcs et terroristes ! Cette distinction pourtant, bien peu la font… Il est tellement plus aisé de mettre tout dans le même panier sans trier le bon grain de l’ivraie. C’est quelque part, si j’ose écrire, une forme de synecdoque raciale et religieuse ; on prend la partie pour le tout, un musulman est intégriste et terroriste donc tous les musulmans le sont… c’est horrible comme raccourci !

Il existe donc une double erreur qu’il faut absolument tenter de gommer dans l’esprit de la population :

- une identification de l’islam au fanatisme ou au terrorisme ;

- une identification des Arabes et des Turcs à l’islam.

C’est cette double fausse identification qui engendre le racisme ordinaire qui se focalise aujourd’hui davantage sur les Arabes et les Turcs. Pourtant, il est clair que, comme tous les catholiques ne sont pas membres de l’Opus Dei, tous les musulmans ne sont pas radicaux et encore moins terroristes. Pourtant, il est aussi clair que l’on puisse être musulman sans être Turc ou Arabe ; il y des musulmans ukrainiens, nigérians, kosovares, azerbaidjanais, indonésiens et même chinois pour n’en citer que quelques-uns en dehors du monde arabe… En fait, la confusion entre Arabes et musulmans repose sur l’origine arabe de la religion islamique (Mahomet, le fondateur de l’Islam, était Arabe) et sur le fait que l’arabe est la langue véhiculaire de l’islam. Cependant, comme me l’a appris un ami marocain très proche, il faut prendre en compte deux constats très importants :

- seulement 20% des musulmans vivent dans le monde arabe qui s’étend, d’ouest en est, de la Mauritanie au Sultanat d’Oman. Cela signifie donc que huit musulmans sur dix ne sont pas géographiquement Arabes ;

- il y a plus de 20 millions de chrétiens parmi la population arabe mondiale !

 

L’islam n’est pas exonéré de critique, par là j’entends qu’il existe un droit réel de critique de la religion islamique comme pour toutes les religions mais dans le cas précis de la foi islamique la critique laisse la place à un discours haineux reposant sur les amalgames que nous avons évoqués. Cette islamophobie ambiante s’articule autour de plusieurs comportements qui vont de simples propos tels «ma fille n’épousera jamais un musulman» à des actes légalement répréhensibles comme la discrimination à l’embauche ou la détérioration de lieux de culte en passant par le rejet de l’idéologie musulmane.

 

D’aucuns se posent la question de savoir si cette islamophobie peut réellement être assimilée à du racisme avec tous les pendants judiciaires qui en découle (lois contre le racisme de juillet 1981 en Belgique et de juillet 1972 en France). Je suis convaincu que oui en ce sens que, comme le racisme, l’islamophobie repose sur la peur de l’inconnu et débouche, en outre, sur la haine d’un peuple assimilé à l’islam, les Arabes.

-----
(1) Assiste-t-on à un regain de l'islamophobie ? par William Burton, in Le Soir, 26 janvier 2012, page 11
(2) L'islamophobie, nouveau racisme, par An H, in La Libre Belgique, 9 juillet 2009.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Humeurs
commenter cet article

commentaires