Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 12:40

Harvard vient de légitimer un club sadomasochiste créé par des étudiants sur son campus...

harvard.jpgHarvard University est l'un des lieux d'éducation et d'enseignement les plus prestigieux qui soient. Depuis 1636, année de sa fondation, l'université privée du Massachussetts a eu le privilège unique de voir sortir de ses murs 45 futurs Prix Nobel dans des domaines divers. Harvard a accueilli des étudiants au destin exceptionnel comme Franklin Delano Roosevelt, Theodore Roosevelt, Bill Clinton, Barack Obama, Leonard Bernstein, William Randolph Hearst, Henry Kissinger, Mark Zuckerberg ou même l'acteur Tommy Lee Jones pour n 'en citer que quelques-uns. Harvard regroupe neuf facultés renommées (Art&Sciences, Médecine, Gestion de la Santé publique, Droit, Administration des Affaires, Design, Sciences de l'Education, Gestion des Affaires Publiques et Sciences Religieuses) qui sont autant de synonymes de qualité et d'exigence. L'un des autres points forts de l'université de la côte est des Etats-Unis sont ses différents clubs d'étudiants ! La Signet Society, créée en 1870, rassemble les étudiants passionnés par l'analyse et la production littéraire; The Harvard Crimson édite le journal estudiantin de l'université; Harvard Lampoon réalise et diffuse un hebdomadaire humoristique et satirique et publie également des ouvrages parodiques... a côté de ces clubs l'on en trouve d'autres, plus classiques, comme le club d'échecs, le club d'informatique, le club philatéliste ou encore les différents clubs sportifs qui sont regroupés sous la bannière du Harvard Crimson Sporting Club... Les autorités universitaires encouragent chaque étudiants à faire partie d'un ou plusieurs de ces clubs afin de développer leurs relations sociales mais aussi pour s'impliquer dans la vie de leur Alma Mater.

Depuis quelques jours, Harvard peut s'enorgueillir - mais est-ce le cas ? - d'un nouveau club : le Harvard College Munch for BDSM, plus communément raccourci en Munch Club ! Il s'agit, ni plus ni moins, d'un club sadomasochiste ! La génèse de ce club remonte déjà à octobre 2011 lorsque qu'une poignée d'étudiants s'est découvert des affinités pour le "kinky sex" (sexe coquin) comme on l'on nomme souvent les pratiques sexuelles hors du commun aux Etats-Unis. C'est autour d'un repas que l'idée d'un club SM avait alors été lancée. Le concept : parler de sexe dominant/dominé, partager des références culturelles en la matière (ndlr le Marquis de Sade et Sacher-Masoch ne sont pas les seuls à avoir écrit sur le sujet), débattre et même conseiller. Mais, une consigne fondamentale : pas de relations sexuelles de quelqu'ordre que ce soit au sein du club. Rapidement, le cercle des participants s'est étoffé passant de sept à trente membres en quelques semaines. L'idée de se structurer est alors apparue comme normale, celle de créer un club a suivi... probablement renforcée par le succès public actuel du roman de E.L James, Fifty Shade of Grey, qui rapporte la relation sadomasochiste d'une jeune femme et d'un homme d'affaires. Bien que de piètre qualité, le roman fut le grand succès de la rentrée littéraire en Angleterre et aux Etats-Unis avant de déferler chez nous. Le tout était de savoir comment les autorités académiques allaient réagir ! Mais, il existe un précédent à l'Université d'Etat de l'Iowa qui, en 2003, avait accepté et même financé un club du même type. Forts de ce précédent, les étudiants ont porté leur projet devant le Comité de la Vie Estudiantine qui l'a accepté le 29 novembre dernier. Après tout, il existe dans beaucoup d'universités américaines des clubs d'étudiants abstinents sexuels... Restait à trouver le nom et c'est là que les créateurs du club ont fait preuve d'une originalité toute harvardienne en le baptisant Munch Club. To munch signifier croquer ou grignoter en anglais, c'est aussi l'appellation de plusieurs groupes de paroles autour du bondage et du sadomasochisme. Mais pour les étudiants d'Harvard, davantage que les groupes de paroles déja existants, c'est le peintre expressionniste norvégien Edvard Munch qui fut source d'inspiration... Le raisonnement est le suivant : Sadomasochisme = douleur = cri = Le Cri = Munch !

La condition sine qua none pour la pérennité du Munch Club, que les étudiants se sont empressés d'accepter, est que celui-ci ne devienne en aucune manière un lieu de débauche. Ce sera un lieu de rencontres, de débats et d'échanges (verbaux mais pas physiques) où seront proposés des conférences, des projections de films, des lectures, des récits d'expériences autour du sadomasochisme. Le club dispose donc désormais d'un local officiel où ses membres pourront se réunir sur le temps de midi ou après les cours. Ainsi donc, le cerle des étudiants adeptes du SM qui existe depuis un peu plus d'un an dispose d'une légitimité sur le campus d'Harvard, au même titre que le club d'échecs ou celui de basket...

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Le monde est fou !
commenter cet article

commentaires