Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 12:36

Faut jamais se disputer avec son tatoueur... Même si c'est un ami !

tatoo.jpgIl doit exister une très grande confiance entre un tatoueur et son client. Se faire tatouer n'est pas un acte anodin que l'on pose à la va-vite; au contraire il doit s'agir d'un acte réfléchi et pondéré. Pour être amateur de tatouages, je sais que la relation de confiance est capitale, si par exemple ma tatoueuse n'est pas disponible, je préférerais repasser un autre jour plutôt que de me faire tatouer par un autre tatoueur du salon... Cette confiance repose sur la qualité du matériel utilisé, sur la manière de le désinfecter mais aussi, et surtout serais-je tenter de dire, sur la sûreté du geste du tatoueur et sur ses qualités artistiques. En effet, le matériel et sa désinfection doivent répondre à des normes strictes que tous les salons sérieux respectent; le geste et la qualité artistique sont parfois aléatoires. La qualité principale d'un ami est la confiance que l'on peut placer, les yeux fermés, en lui. Dès lors, avoir un ami tatoueur devrait être le gage le plus fiable lorsque l'on décide de se faire tatouer. Et pourtant...

L'histoire se passe en Australie, à Ipswich dans l'Etat du Queensland, non loin de Brisbane et c'est le site australien d'informations News(1) qui la rapporte. Chester est un jeune homme de 25 ans, fan de tatouage. Il en a deja plusieurs, réalisés pour la plupart, par un ami tatoueur. Il y a quelques temps, une dispute éclate entre les deux hommes pour un motif certainement futile que la postérité ne retiendra pas. Plusieurs jours durant, ils ne s'adressent pas la parole jusqu'à ce qu'un jour, le tatouer reprennent contact, meurtri qu'il est par cette dispute. Il se pose en responsable et pour se faire pardonner, comme il sait que Chester rêve d'un tatouage dans le dos depuis longtemps, lui propose de lui tatouer le motif de son choix. Chester, tout aussi marri par la dispute saisit, la balle au bon. Non seulement il va récupérer son ami qu'il apprécie mais en plus va pouvoir se faire tatouer à l'oeil. Cette proposition est trop belle, peut-être Chester aurait-il du se méfier... L'ami préparait là déja sa vengeance ! Car si l'amitié se mesure à l'aune de la confiance, elle se toise aussi à la grandeur de la déception qu'un ami peut vous procurer. Et pour le tatoueur d'Ipswich, la déception engendrée par la dispute fut, semble-t-il, immense...

Chester opte pour un motif fait de deux dragons entourant le symbole chinois du yin et du yang et un rendez-vous est pris, le 20 octobre dernier, pour la réalisation du tattoo. Et c'est en toute confiance que Chester s'installe, couché sur le ventre, sur le divan du tatoueur et le travail commence. Au bout de quelques heures, le tatouage est terminé et, comme c'est toujours (ou comme ce devrait toujours être) le cas, le tatoueur appose une crème cicatrisante sur le tatouage et le recouvre d'un fin pansement en gaze. Chester pourra retirer ce pansement deux heures plus tard... Pour l'instant, il n'a donc toujours pas vu le travail réalisé par son ami. Il quitte le salon, se balade un peu en ville et regagne enfin ses pénates où l'attend son amie. Il est pressé de lui montrer son nouveau tatouage. Il tombe la chemise et demande à sa compagne de retirer délicatement la gaze. "Je ne crois pas que ce soit ce que tu as demandé" dit-alors l'amie en voyant le dos de Chester. Celui-ci se précipite alors devant un miroir et se contorsionne pour découvrir... un pénis d'une quarantaine de centimètres tatoué dans son dos. En outre, le sexe stylisé est épicé d'une inscription revandiquant l'homosexualité de Chester. Fallait pas énerver le tatoueur !

Quoiqu'il en soit, Chester a déposé plainte contre son (ex-)ami qui est poursuivi pour deux chefs d'accusation, atteinte corporelle et non-respect des règles imposées par le Ministère de la Santé en matière de tatouage. Le tatoueur est convoqué au tribunal le 15 novembre prochain, il sera plus que probablement condamné à des dommages et intérêts ainsi qu'à la prise en charge des séances de laser qui serviront à détatouer Chester. Mais il faudra compter sic à neuf séances de laser, à raison d'une par mois; cela signifie donc que Chester va vivre avec un pénis de 40 centimètres dans le dos pendant plus d'une demi-année ! La vengeance, même si elle est chère payée, est un plat qui se mange froid !

-----
(1) Ipswich Tattooist charged over 40cm penis tattoo on man's back, par Robyn Ironside, on news.com.au, 26 octobre 2010

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Le monde est fou !
commenter cet article

commentaires