Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 septembre 2012 5 07 /09 /septembre /2012 12:36

De plus en plus d'écoliers et d'étudiants américains font leur études à la maison.

HS.jpgUn Américain en âge scolaire sur vingt-cinq est adepte du homeschooling, c'est à dire de l'école à la maison. Cela représente donc quatre pourcents de la population scolaire étasunienne et le phénomène est en hausse constante(1) depuis l'avènement d'internet qui permet aux parents de s'appuyer sur des cours à distance beaucoup plus aisément. Ainsi donc, de plus en plus, un parent américain - souvent la mère - sacrifie sa carrière afin de rester à la maison pour donner une éducation scolaire à ses enfants. Le système d'éducation aux Etats-Unis est décentralisé, c'est à dire que chaque état dispose de ses propres règles en la matière. Quelque 90% des écoliers et étudiants sont scolarisés dans des écoles publiques mais, depuis plusieurs années, le homeschooling fait partie de l'arsenal des possibilités éducationnelles et il gagne du terrain au point de rattraper la scolarisation en école privée. En effet, l'école à domicile est nettement moins onéreuse qu'un passage par les prestigieux établissement privés... A l'origine, les adeptes de l'école à domicile évoquaient des motifs religieux pour justifier leur choix. Les parents ne voulaient pas confier leur progéniture à une école publique qui ne garantissait pas une instruction dans le respect de la foi. Désormais, l'aspect religieux est secondaire, c'est la qualité de l'instruction en milieu public qui est mise en avant. Les chiffres du National Center for Education Statistics (NCES) nous apprennent que près de la moitié des parents qui pratiquent le homeschooling le font parce qu'ils sont déçus du système d'instruction publique. Les autres raison invoquées sont, toujours selon le NCES, la religion, l'invalidité et les difficultés de déplacement de l'enfant, la carrière des parents (souvent dans le cas d'un père militaire qui change souvent d'affectation) ou le fait que l'enfant n'a pas pu entrer dans l'école souhaitée (ndlr le fameux Décret Inscription instauré pourrait-il déboucher sur une explosion du homeschooling dans notre pays ? La question mérite d'être soulevée !)... Si le phénomène est donc en pleine croissance, il reste majoritairement l'apanage de familles aisées et ayant une bonne éducation dans lesquelles l'un des deux parents peut se permettre de renoncer à travailler, au moins à mi-temps. Mais on constate aussi la recrudescence de réseaux de familles moins aisées qui s'organisent entre elles pour mettre en place un système de homeschool.

L'école à domicile est aussi vieille que l'obligation d'enseignement aux Etats-Unis (1852) et depuis cette époque un débat existe entre les partisans et les opposants. Ceux-ci estiment que l'instruction doit être obligatoirement confiée à des personnes détentrices d'un diplôme d'aptitude à l'enseignement. Ce débat à trouvé son épilogue en mars 2008 lorsque la Cour Suprême des Etats-Unis à tranché en faveur de la légalisation du homeschooling. Depuis, alors qu'il n'était que toléré, ce système éducationnel est légal dans les cinquante états de l'Union. Chacun de ses états est libre de légiférer sur l'école à domicile ainsi dans certains états comme le Texas, la Californie ou l'Indiana, par exemples, le homeschooling est soumis aux mêmes règles que l'école privée tandis que dans d'autres comme le Maryland ou le New Jersey, les règles sont communes à l'enseignement public, au privé et à domicile. Il existe enfin des états, à l'image du Maine, du New Hampshire, des Virginies ou de l'Iowa, qui ont mis en place des règles propres au homeschooling. Il est à noter également que les Etats-Unis n'ont jamais signé(2) la Convention des Nations Unies pour le Droit des Enfants dont l'article 29 limite fortement (sans l'interdire) le droit des parents dans le cadre de l'éducation de leurs enfants. Les Etats-Unis ont donc toute latitude en matière d'instruction...

Bien sûr, les élèves qui suivent des cours à domicile sont tenus, pour faire reconnaitre leurs compétences, de présenter des tests, les mêmes que tous les élèves américains, tous systèmes confondus, doivent présenter. La différence fondamentale est qu'il n'y a pas de contraintes temporelles. Ainsi lorsqu'un élève du public ou du privé doit attendre la fin d'une année scolaire ou d'un cycle pour présenter ses examens, le homeschooler peut le faire lorsqu'il se sent prêt. Cela permet parfois de gagner pas mal de temps sur le cursus traditionnel; ainsi la Gazette en ligne de la Communauté de Montgomery, dans le Maryland, rapporte le cas loin d'être isolé de Michael Keen un homeschooler qui, à 14 ans, entame ses premiers cours universitaires.

L'enseignement à domicile est, aux Etats-Unis, de plus en plus reconnu, par les parents mais aussi par les autorités en charge de l'instruction, comme une alternative crédible, viable et efficace aux systèmes traditionnels d'éducation. Les exemples de réussite sont de plus en plus fréquents et un véritable réseau se crée avec des sites internet d'assistance et de cours mais aussi des revues hebdomadaires et mensuelles qui voient le jour. Après tout, comme le souligne justement la Bridgeway Homescholl Academy, Franklyn D. Roosevelt, Alexander Graham Bell, Agatha Christie, Charlie Chaplin, Joseph Pulitzer ou Abraham Lincoln n'étaient-ils pas des homeschoolers ?

----
(1) ce 2007 ce pourcentage était de l'ordre de 2,9 !
(2) c'est d'ailleurs le seul pays au monde avec la Somalie

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article

commentaires