Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 août 2013 5 02 /08 /août /2013 09:12

Série de l'été - 1957, The Killer collectionne les provocations...

13-Great-balls-of-fire.jpgParmi les pionniers du rock 'n roll on peut citer Chuck berry, Eddie Cochran, Bill Haley, Elvis Presley, Little Richard ou Fats Domino mais aussi Jerry Lee Lewis qui développe un style énergique et rapide tant dans son débit de paroles que dans son accompagnement au piano. Il est le premier à jouer debout, à martyriser son clavier pour en sortir des sons puissants. Il sera aussi le premier rocker à détruire son instrument sur scène, en y mettant le feu... Lewis mena longtemps une vie dissolue faite d'alcool et de drogue, se mettant à dos toutes les ligues de vertu américaines dans les années '50. Le paroxysme étant atteint lorsqu'il épouse, en 1958, la fille de son cousin, Myra, qui n'a que 13 ans...  Non seulement, Myra est mineure mais Jerry Lee Lewis a déjà été marié à deux reprises sans que le second ces deux mariages n'ait été officiellement dissous. Il est donc poursuivi pour ce mariage douteux mais reste uni à Myra jusqu'en 1971 (ndlr il la réépousera officiellement après le prononcé du divorce d'avec Jane Mitchum, sa seconde épouse). Cependant, ses disques sont interdits d'antenne, les ventes s'écroulent et ses concerts se vident. Jusqu'au divorce, la carrière de Lewis est au point mort à l'exception d'une prestation notoire au Toronto Rock 'n Roll Revival Festival, en septembre 1969, où il se produit avec Chuck Berry, Bo Didley et John Lennon. Pour vivre, Lewis est obligé d'enregistrer album sur album, il met en boite une vingtaine d'albums pendant sa période creuse qui dura treize années. Et pourtant, avant son mariage avec Myra, Jerry Lee Lewis était à l'aube d'une carrière prometteuse. En 1956, il  commence a enregister, chez Sun Records qui produit également Elvis Presley, des reprises de titres qui ont cartonné. Au printemps 1957, Jerry Lee Lewis propose, dans une boite de nuit où il se produit, une version très rock 'n roll de Whole Lotta shakin' goin' on, un rythm 'n blus de Roy Hall qui avait été popularisé, en 1955, par Big Maybelle. La version énergique avec un piano agressif chantée par Lewis déchaine les spectateurs aussi Sun propose-t-il de la graver sur un 45 tours qui sort le 22 mai 1957. Invité au fameux Steve Allen Show, Jerry Lee Lewis reproduit sa prestation énergique devant des millions de téléspectateurs... Les ventes du single s'envolent !

Quelques mois plus tard, Jerry Lee Lewis récidive avec l'enregistrement de Great Balls of Fire, une chanson écrite par Jack Hammer et Otis Blackwell (ndlr on doit également à ce dernier des standards comme Fever ou Don't be cruel) dont le titre fait scandale. En effet, l'expression great balls of fire est une  locution sudiste qui est employée pour marqué l'étonnement ou la stupeur, d'aucuns l'assimilent à la locution Good Heavens (Bonté divine). L'expression évoque un passage du Nouveau Testament relatif à la Pentecôte et à la venue du Saint-Esprit (ndlr "des langues de feu leur apparurent séparées les unes des autres et se posèrent sur chacun d'eux. Et ils furent tous remplis du Saint-Esprit" - acte 2 Versets 1-4). Dans le contexte de la chanson, l'expression Great balls of Fire pourrait être traduite par J'ai été touché par le Saint-Esprit. Aussi lorsque la version de Jerry Lee Lewis déboule dans les hits-parades américains et qu'elle envahit les ondes radios et les shows télévisés, les ligues chrétiennes, les prédicateurs et autres évangélistes montent au créneau et hurlent au blasphème, d'autant plus que la chanson parle d'une fille qui excite le narrateur au point que celui-ci envisage une relation charnelle avec elle... des paroles plus qu'osées pour 1957 ! En dix jours, il se vend plus d'un millions d'exemplaires du 45 tours, les jeunes s'arrachent Great balls of fire tandis que leurs parents maudissent son chanteur. En deux chansons, Jerry Lee Lewis est au sommet, il impressionne Elvis Presley qui est envieux de l'énergie de son collègue des chez Sun Records et qui regrette de ne pas maîtriser le piano comme lui. Et puis, Lewis s'amourache de la fille de son cousin et l'épouse au mois de décembre 1957, dans le plus grand secret. Quelques mois plus tard, au printemps 1958, alors qu'il est en tournée en Angleterre, Jerry Lee Lewis voit son secret percé à jour par Ray Berry, un journaliste qui diffuse l'information tant en Europe qu'aux Etats-Unis. A son retour aux USA, Jerry Lee Lewis est blacklisté, il est interdit de radio et de télévision et disparait de la scène médiatique. Sun Records lui garde sa confiance et il peut continuer à enregistrer des disques tout en se produisant sur des scènes de seconde zone.

Celui que l'on surnommait alors The Bad Boy ou The Killer avait une confiance aveugle en son talent, son génie même. Son arrogance naturelle l'a cloué au pilori et contraint au bannissement musical et social pendant treize longues années. Son entourage l'avais mis en garde contre ce mariage qui allait à contre-courant de la moralité et des lois, qui ne pouvait que nuire au chanteur. Son goût de la provocation a pris le dessus sur la raison et l'a amené à faire fi des mises en garde. Jerry Lee Lewis a foncé en pleine connaissance de cause la tête dans le mur de la moralité, il s'est fracassé mais s'est lentement relevé pour fédérer à nouveau les foules par son style unique. Aujourd'hui encore, à bientôt 78 ans, il donne des concerts en se faisant le plaisir de mélanger ses grands hits à des standards de la country musique qui a toujours été sa passion première...



12-great-balls-of-fire---Paroles.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans A découvrir
commenter cet article

commentaires

microneedle skin roller reviews 22/09/2014 13:51

Chuck berry is one great man. He is the ultimate rock and roll guy. I think he is the one who started destroying musical instruments on stage and he indeed stated something viral. He was an awesome guy indeed.