Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juillet 2003 1 07 /07 /juillet /2003 13:45

D'aussi loin que ma mémoire puisse remonter sans trahir les réminiscences qu'elle abrite, le cyclisme a toujours été source d'émotions pour moi. Le Tour de France a illuminé tous mes mois de juillet depuis bientôt trois décennies !

111.jpgAh le joli mois de juillet ! Avec lui revient le Tour de France, ses images de joie, de souffrance, de liesse populaire, d'exploits ou de tricheries… Finalement, cette épreuve n'est-elle pas le simple reflet de la vie ? Mon premier souvenir du Tour de France remonte à 1975 et un contre la montre remporté par Eddy Merckx… Il ne le savait pas mais Eddy venait de remporter sa dernière victoire d'étape sur le Tour ! Cette année-là, Merckx est dominé par Thévenet et il ne reviendra plus sur la Grande Boucle. Je ne peux pas dire que j'aie réellement connu les années Merckx mais j'ai suivi, par la suite, avec délectation, les dominations outrageantes d'Hinault, Indurain ou Armstrong, les coups d'éclats de Chiapucci, Pantani ou Virenque dans la montagne, le fabuleux triplé (Giro-Tour-Championnat du Monde), en 1987, de Stephen Roche…

Le Tour de France est fait d'exploits, c'est un fait, mais aussi de petites histoires qui en font la richesse. Des images, j'en ai plein la tête !

1975 : l'ascension de Pra-Loups dans laquelle Merckx explose et perd à tout jamais ce maillot jaune qui semblait fait pour lui;

1985 : le visage en sang de Bernard Hinault qui franchit la ligne d'arrivée, à Saint-Etienne, avec le nez fracturé suite à une chute aussi violente qu'extraordinaire;

1986 : Hinault et LeMond qui franchissent la ligne d'arrivée à l'Alpe d'Huez, main dans la main. Image répétée par Ullrich et Armstrong quelques années après…

1989 : le mano à mano stressant entre LeMond et Fignon, lors de la dernière étape sur les Champs-Elysées… 8 secondes, le plus petit écart jamais enregistré, sépareront les deux hommes au classement final;

1994 : la chute spectaculaire d'Armentières lorsqu'un policier bien mal inspiré tente de prendre en photo le sprint final… Jalabert passe à deux doigts du drame !

1996 : l'étape de Pampelune où, a quelques kilomètres de chez lui, Miguel Indurain baisse définitivement les bras, au terme d'une poursuite aussi magnifique qu'inutile, en compagnie de Tony Rominger, pour revenir sur Riis… Mais qu’ils étaient beaux Indurain et Rominger, ce jour-là, dans la défaite !

1999 : la victoire à Sestrière d'un Lance Armstrong que l'on disait perdu pour le sport, perdu pour la vie… Succès synonyme d'efforts, de souffrance et de douleur pour l'Américain…

Et l'on pourrait ainsi poursuivre sur des pages et des pages… D'autres événements, plus tragiques, ont aussi fait la légende du Tour de France, comment ne pas parler de l'Affaire festina qui a sali l'épreuve de 1998, de la mort - déjà probablement à cause du dopage - de Tom Simpson sur le Ventoux en 1967 ou celle, plus proche, de Fabio Casartelli dans la descente du Portet d'Aspet…

Tous ces événements, qu'ils soient heureux ou malheureux, font la beauté du Tour de France. En outre, le cyclisme reste, sans doute, le plus populaire des sports de haut niveau. C'est, en tous cas, le seul spectacle gratuit qui rassemble le long des parcours des millions de spectateurs prêts à attendre des heures pour voir passer les Forçats de la Route - pour reprendre une expression chère à Albert Londres - l'espace de quelques secondes…

Le Tour 2003 prend son envol, même si la victoire finale d'Armstrong est plus que probable (quoi qu'il reste la glorieuse incertitude du sport…), la Grande Boucle attirera encore des millions de personnes sur les routes et devant les postes de télévisions… Je me délecte déjà des trois semaines qui vont suivre !

Site officiel du Tour de France

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans A découvrir
commenter cet article

commentaires