Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 octobre 2011 5 21 /10 /octobre /2011 15:21

Entre respect de la démocratie et affectif des Libyens qui ont vécu 42 ans de dictature, la raison balance !

MK.jpgMouammar Khadafi est mort, le dictateur libyen a été abattu à Syrte, dans son fief, alors qu'il était en fuite depuis plusieurs semaines. Hier après-midi, une photo - de mauvaise qualité probablement extraite d'un film non meilleur - a circulé rapidement sur le net avant que, quelques heures plus tard, un film plus explicite vienne créer un début de polémique sur la mort du dictateur. Ce film montre un Khadafi vivant mais malmené avant que la caméra ne s'éloigne et que l'on ne perçoive au moins deux coups de feu. Les images laissent clairement croire que Mouammar Khadafi a été abattu par des rebelles. Bien sûr, une version "officielle" fournie par le Conseil National de Transition (CNT) présente les choses de façon quelque peu différente. Selon cette version, le véhicule sur lequel se trouvait Khadafi lorsqu'il fut arrêté a été pris dans un échange de coups de feu. L'ex Raïs libyen aurait été blessé sérieusement mais était encore vivant lors de son arrivée à l'hôpital de Misrata, dans le nord de la Libye. Sur les terrains, le représentant des forces armées du CNT avançait encore une version différente quelques heures plus tôt, affirmant que Khadafi aurait tenté de fuir, à pied, après que son véhicule ait été la cible de tirs des rebelles et que c'est à ce moment-là qu'il aurait été abattu par les rebelles car il brandissait deux armes. Quoiqu'il en soit, il reste des zones d'ombres assez importantes autour de la mort de celui qui fut le Guide de la Libye pendant plus de quatre decennies, assez importantes pour que l'ONU décide de diligenter une enquête...

Avec la mort de Khadafi, ce sont donc 42 années de dictature cautionnées par l'Europe et les Etats-Unis qui prennent fin ! Faut-il rappeler que Khadafi fut un facilitateur du terrorisme (il a soutenu des actions de l'IRA, de l'ETA ou des Brigades Rouges) et même un acteur du terrorisme puisqu'on lui doit l'attentat de Lockerbie, en 1988, ou celui contre le vol Brazzaville-Paris, en 1989. Malgré cela, le despote libyen fut reçu en grandes pompes à Paris ou à Washington qui condamnent pourtant avec la plus grande des énergies le terrorisme... Aujourd'hui, cependant, une question se pose, la même que pour Ousama Ben Laden : fallait-il abattre Mouammar Khadafi ? N'avait-il pas droit à un procès démocratique ? Si l'on se réfère aux fondements mêmes de la démocratie, on en peut que répondre par l'affirmative à cette dernière interrogation.  En abattant Khadafi, les rebelles libyens n'ont pas respecté les principes démocratiques posant là le premier jalon d'une forme de dictature dans leur pays. Mais, par delà les fondements de la démocratie, il y a l'affectif, le phénoménologique qui peuvent pousser des êtres humains à agir en fonction de leur vécu, des souffrances qu'ils ont endurées, des privations qu'ils ont subies... Sans vouloir entrer dans un domaine psychologique que je ne maitrise d'ailleurs pas, il me semble compréhensible que des humains puissent bafouer la raison et la démocratie lorsqu'ils ont subi 42 ans de dictature dure sans que les autorités internationales ne bronchent.. J'ai bien écrit compréhensible, ce qui ne signifie pas pour autant cautionnable ! Mouammar Khadafi entre désormais au "panthéon" des grands dictateurs qui n'auront jamais été jugés démocratiquement pour leurs crimes contre l'humanité, à l'image de Franco, Hitler, Mao Zedong ou Ceausescu (la parodie de procès qui fut la sienne ne s'apparentant pas à de la démocratie). Celui qui s'était autoproclamé Roi des Rois d'Afrique avait rendez-vous avec son destin. Il ne pouvait mourir que de veillesse dans l'opulence ou de façon violente comme il a vécu; ce fameux destin a choisi la seconde alternative...

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article

commentaires