Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 07:25

Il y a 85 ans, la première expérience de télévision en public avait lieu à Londres. Depuis, cette étrange machine a fait bien du chemin…

tele.jpg27 janvier 1926, l’ingénieur écossais John Logie Baird procédait, dans un magasin du centre de Londres, au premier essai public d’une machine nommée télévision. Depuis 1922 Baird travaille à cette expérience. Il parvient d’abord à reproduire des formes simples et, en 1925, un visage humain reconnaissable. Début de l’année 1926, il est le premier à produire une image télévisée d’objets en mouvement. C’est dans la capitale anglaise qu’il partage publiquement cette avancée importante en la matière. L’image qu’il présente possède une définition de 30 lignes et mesure ± 4 cm/5 cm… Baird se doute fort peu que huit décennies plus tard la télévision est devenue un meuble incontournable de la vie de tous les jours pour des milliards de personnes !

La première transmission électrique d’images fixe remonte à 1860 des œuvres d’un religieux italien passionné de techniques modernes nommé Caselli. L’Allemand Nipkow perfectionnera le principe dans les années 1880 à l’aide d’un disque qui tourne à 25 tours/secondes et une cellule photoélectrique qui capture la lumière mais il faudra attendre encore 40 ans et John L. Baird pour rendre toute cette évolution publique. Immédiatement, les autorités anglaises voient l’importance de cette machine baptisée télévision. Si l’on peut diffuser des images et du son à distance, on peut alors diffuser de l’information d’état… Aussi dès 1929, l’Angleterre est-elle la première nation à diffuser des images de télévision à l’attention de quelques privilégiés. L’Allemagne suit l’année suivante ; les Postes germaniques ayant reçu du Gouvernement la mission de développer une première chaîne de télévision.

Rapidement, le principe de la télévision se développe en Europe, chaque pays veut pouvoir produire ses images et les diffuser. En 1934, on constate qu’il y a entre 400 et 500 récepteurs de télévision sur le territoire européen. En Belgique, la population devra attendre l’Exposition universelle de Bruxelles, en 1935, pour réellement découvrir cette technologie tandis que la France lance, à partir de la Tour Eiffel, la première émission en 180 lignes de définition… Les ingénieurs français vont poursuivre l’évolution de ce nouveau média. La Tour Eiffel, symbole de Paris, devient aussi un outil capital dans la diffusion télévisuelle. C’est de là que partent désormais toutes les émissions régulières dans l’Hexagone. Début 1938, la France diffuse une émission en 445 lignes ; on est bien loin de la définition de 30 lignes de Baird !

Le second conflit mondial va interrompre quelque peu le processus d’extension de la télévision. A son terme, plusieurs expériences sont menées pour diffuser des images en couleurs. A noter qu’en 1928, John L. Baird avait déjà réussi à diffuser quelques images en couleurs mais le principe avait été laissé de côté pour privilégier l’éclosion de la télévision ; pour ne pas en retarder le développement plutôt… Au Salon Internationale de la Radiodiffusion de Berlin, en 1939, une émission de télévision est montrée en couleur, c’est à partir de cette émission que le développement de la couleur repart après la seconde guerre. A l’aube des années ’50, la télévision est installée dans beaucoup de ménages américains. En Europe, cet objet n’est pas encore entré dans les mœurs du grand public qui continue à lui préférer la magie du cinéma. La Belgique ne dispose pas, contrairement à la majorité des autres pays européens, encore d’une chaîne de télévision. Les rares téléspectateurs belges ne peuvent que capter les émissions françaises vie le relais-émetteur de Lille. Prenant conscience de son énorme retard en la matière, l’état belge confie à Louis-Philippe Kammans le soin de créer enfin une chaîne. L’INR (Institut National de Radiodiffusion) voit le jour en 1951… La démocratisation de la télévision se fait plus rapidement aux Etats-Unis, c’est à New York que NTSC diffuse la première émission entièrement en couleur pour le grand public. Nous sommes en 1951, le public belge balbutie ses premiers pas télévisuels, le public américain voit des images en couleurs dans son salon… Trois ans plus tard, la France produit ses premiers postes de télévision capables de recevoir des images en couleurs.

Divertir et informer

Si à l’origine, la télévision avait pour vocation d’informer le public, rapidement elle va s’engager dans la voie d’un divertissement pour les masses. Fini le temps où l’on sortait le soir pour aller au théâtre ou au cinéma, désormais c’est à la maison, par la magie des ondes, que le spectacle se voit… «Au théâtre ce soir» contribuera à la diffusion de la culture des planches vers le plus grand nombre. Désormais, il n’est plus besoin d’aller au cinéma pour voir un film et les émissions de jeux envahissent aussi les salons. Dans les années ’70, les célèbres «Jeux de 20h00» captivent la France. Car désormais, la télévision se divise ! En effet, alors qu’il n’y avait qu’une seule chaîne nationale jusqu’en 1974, plusieurs chaînes sont nées de l’éclatement de cette ORTF (Office de Radiodiffusion Télévision Française) : TF1, Antenne 2 et France 3. Maintenant, le public a le choix et chaque entité se doit de proposer les émissions les plus séduisantes possibles. D’autant que la publicité va faire son entrée dans le cirque télévisuel. Les annonceurs payent pour vanter leur produit, il faut donc leur proposer le panel de téléspectateurs le plus large possible… Pour attirer le chaland, chaque chaîne va entamer un processus de séduction populaire fait d’émissions ciblées sur les diverses tranches d’âge et les diverses catégories socioprofessionnelles. C’est le début du déclin culturel de la télévision ! Les feuilletons et séries américains débarquent et maintiennent la population devant son poste. Le sport se fait aussi de plus en plus présent sur le petit écran ; retransmission en direct de grands événements ou émission de résultats… En 1976, l’inauguration des Jeux Olympiques de Montréal rassemble simultanément un milliard de téléspectateurs !!!

Mais l’information reste un élément capital de la télévision ; le journal parlé est l’émission la plus regardée. La politique s’invite aussi dans le petit écran et, par ce biais, se met à la portée du commun des mortels qui témoigne de beaucoup d’intérêt, désormais, pour la chose politique. En France, l’ORTF diffuse des émissions comme «Face à Face» (1966), «Face à la presse» (1968) ou «L’heure de vérité» (1972), ancêtres des actuelles «A vous de juger» ou «France Europe Express»…

Aujourd’hui, la télévision est un meuble comme un autre dans le salon. Elle a aussi envahi d’autres pièces de la maison ; la chambre, la cuisine,… et s’impose même dans la voiture ou sur le téléphone mobile ! On ne peut plus, semble-t-il, vivre sans elle ! A titre de comparaison, le temps moyen passé devant le poste était de moins d’une heure en 1960, de 2h33’ en 1982 pour parvenir en 2008 à 3h28’(1)… Autres chiffres effarants mais intimement liés, ceux de la publicité : ce sont, en Belgique, quelque 470.000 spots de publicité qui sont diffusés chaque année, soit une moyenne de 1290 spots quotidiens ! En 1968, il y avait en moyenne deux minutes de publicité par heure à la télévision, aujourd’hui ce temps de publicité est passé à huit minutes… on parle même de l’étendre à douze !

Décidément, lorsque John Logie Baird présenta sa première diffusion publique, en 1926, il se doutait bien peu de l’importance à venir de ce qu’il présentait…

-----
(1) Source : Syndicat National dela Publicité Télévisée

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article

commentaires