Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 octobre 2012 3 03 /10 /octobre /2012 09:37

Plongée dans les coulisses des travaux de rénovation de l'Opéra de Liège

orw.jpgIl se dresse là, majestueux, sur la Place de l'Opéra en face de la jolie trouée qui mène vers la Place Saint-Lambert. Enfin, il est délesté de ses habits de chantiers et, surtout, de ces nombreuses voitures qui squattérisaient ses abords improvisant un parking aussi sauvage qu'insultant pour le regard. Après quelque trois années de travaux, l'Opéra Royal de Wallonie a retrouvé son rôle majeur au sein de la Cité. Lundi dernier, j'ai eu la chance de le (re)découvrir dans le cadre d'une visite organisée par l'Union Professionnelle des Métiers de la Communication (UPMC). Je vous emmène donc pour une balade virtuelle dans ce prestigieux bâtiment liégeois qui était, autrefois, un couvent dominicain. Lorsqu'il cède, en 1816, gracieusement le couvent à la Ville de Liège, Guillaume d'Orange-Nassau, Roi des Pays-Bas(1) n'impose qu'une seule condition, la création d'un lieu de culture dans ses murs. Les travaux de transformation et de construction de nouvelles parties de bâtiment débutèrent donc à l'été 1818 sous la conduite de l'architecte Auguste Duckers qui imagina un théâtre parallélépipédique dans le style néoclassique avec une façade d'arcades et une colonade de marbre. A noter qu'une partie des matériaux utilisés - le marbre notamment - a été récupérée dans les débris de la Cathédrale Saint-Lambert et le couvent des Chartreux détruits, en 1789, lors de la Révolution Liégeoise(2). Le chantier s'acheva en 1820 et le théâtre fut inauguré le 4 novembre 1820 par une représentation de l'opéra-ballet Zémire et Azor, créé par le compositeur liégeois Andre-Modeste Grétry. En 1842, le théâtre est agrémenté d'une statue en hommage à Grétry qui est décédé l'année précédente à Montmorency. Le coeur du compositeur liégeois est d'ailleurs rapatrié de France et placé dans une urne à l'intérieur de la statue. En 1967, l'Opéra Royal de Wallonie (ORW) est créé sur base des anciennes troupes lyriques de Liège et de Verviers. Il s'installe à demeure dans le Théâtre Royal. Malgré plusieurs travaux d'aménagement au fil des années, notamment par l'ajout d'un péristyle qui entoure le bâtiment, l'agrandissement de la salle ou encore l'ajout d'un fronton sculpté de figures allégoriques sur la façade(3), l'édifice n'a pas connu de grand chantier de rénovation depuis le 19è siècle. Son classement au Patrimoine Protégé de Wallonie, en 1999, donnait une aura supplémentaire à ce haut-lieu de la culture wallonne dont la renommée dépasse largement les frontières belges. En 2003, l'on évoque un rafraichissement des lieux dont certaines parties deviennent vétustes, mais rapidement ce "coup de frais" se transforme en restauration et en rénovation complètes...

L'extérieur et l'intérieur du Théâtre Royal ont donc subi une profonde rénovation divisée en deux phases majeures : la modernisation complète de toute l'infrastructure scénographique (machinerie, lumière, acoustique...) et la restauration profonde du bâtiment avec l'adjonction d'une salle de répétition dont l'extérieur est bardé d'un superbe claustra d'aluminium cuivré. De façon plus détaillée, l'intérieur du bâtiment a été rafraichi, les lustres ont été restaurés par des artisans spécialisés, les ornements en plâtre et en bois ont été refaits à l'identique de leur origine, les toiles et les peintures du plafond ont été nettoyées mais, surtout, la salle a été réétudiée pour améliorer le confort d'écoute des spectateur et l'ensemble de la machinerie de scène a été changée, perfectionnée et modernisée pour permettre la mobilité de 64 décors, ce qui est unique au monde ! Par ailleurs, la scène a aussi été adaptée à une mise en scène plus dynamique et plus moderne avec quatre plateaux mobiles actionnés électroniquement. Enfin, un système audio pour permettre aux personnes malentendantes de suivre les représentations avec le meilleur des conforts auditifs a été installé. A l'extérieur, la première chose qui saute aux yeux est le rehaussement du Théâtre par cet espace de répétition habillé d'aluminium cuivré qui apporte une touche contemporaine remarquable au bâtiment neoclassique. D'aucuns jugent cette touche moderne déplacée, je lui trouve un cachet intéressant qui constitue un apport actuel de bon goût à l'ensemble architectural. Cette ajoute dispose, en outre, d'une terrasse remarquable et de deux assenceurs panoramiques (à gauche et à droite du bâtiment) qui offrent une vue exceptionnelle sur le coeur historique de la Cité Ardente. Les façades ont retrouvé leur couleur originelle blanche insistant ainsi davantage sur le contraste avec le cuivré du claustra en hauteur. Les murs de l'enceinte ont été davantage isolés des bruits extérieurs toujours dans un souci de confort acoustique tandis que le fronton a été restauré et mis en valeur. Enfin, l'accès pour les personnes à mobilité réduite a été améliorer. Tout a été pensé intelligement dans cette restauration !

L'ORW a rouvert ses portes au public le 19 septembre dernier par le représentation de Stradella, un opéra de l'autre grand compositeur liégeois César Franck mis en scène par le cinéaste bruxellois Jaco Van Dormael à qui l'on doit, notamment, Toto le Héros (1991), Le Huitième Jour (1995) ou Mr Nobody (2009). L'Opéra Royal de Wallonie a désormais, après deux ans et demi d'exil sous chapiteau en Outremeuse, retrouvé sa place au coeur de Liège. D'ores et déja, plusieurs stars mondiales de l'opéra ont annoncé qu'elles aimeraient se produire sur la scène du bâtiment parfaitement restauré...

Quelques photos de l'ORW restauré


----
(1) La Principauté de Liège, bien que rattachée à la France par le Traité de Lunéville signé en 1801 était enclavée dans les Pays-Bas Méridionaux dont Guillaume 1er était le Chef d'Etat.
(2) La Révolution Liégeoise qui est intimement liée à la Révolution Française et qui eut pour conséquence de mettre fin à la Principauté de Liège.
(3) En 1930 à l'occasion de l'Exposition International qui eut lieu à Liège

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans A découvrir
commenter cet article

commentaires