Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juillet 2011 6 23 /07 /juillet /2011 20:52

Amy Winehouse est morte cette après-midi, elle rejoint le "club" Forever27...

 

winehouse.jpg"Ils ont voulu m'envoyer en désintox, j'ai dit non, non, non"(1), c'est avec ces paroles qu'Amy Winehouse était devenue mondialement célèbre. Des paroles plutôt prémonitoires : Winehouse ou l'histoire d'une chanteuse qui ne voulait pas s'en sortir, une chanteuse qui avait entamé, en 2005, un processus d'autodestruction un peu comme si elle voulait entrer dans la légende où l'attendait une illustrissime devancière, Janis Joplin. Voici quelques jours, nous évoquions ces icônes du rock, aux tendances autodestructrices, qui auront 27 ans à jamais; Jim Morisson, Jimi Hendrix, Brian Jones, Kurt Cobain et Janis Joplin auxquels il faut, désormais, ajouter Amy Winehouse(2). Comment ne pas établir un parallèle entre Janis Joplin et Amy Winehouse ? Une carrière très courte (mais plus riches d'albums pour Janis), un look tape-à-l'oeil, une voix exceptionnelle mais surtout très maîtrisée, des racines jazz et blues, une mort violente et prématurée... Deux destins précipités pour deux filles qui ont marqué leur époque musicale. Ouaip, c'est sûr, aujourd'hui Janis Joplin doit se sentir moins seule parmi les Forever27 !

Issue des quartiers populaires de Londres, Amy Winehouse baigne très tôt dans la musique. Après avoir tenté des études d'art dramatique au Sylvia Young Theatre School, dans le quartier londonien de Marylebone, elle entre à la BRIT school qui forme des artistes britanniques aux arts de la scène et du spectacle. En parallèle, elle est la chanteuse d'un petit groupe de jazz qui se produit dans divers endroits de la capitale anglaise. Son petit ami de l'époque envoie alors une démo à Island records; Simon Fuller, qui s'occupa des intérêts d'Annie Lennox (la chanteuse d'Eurythmics) et des Spice Girls, est séduit par la voix de cette jeune inconnue et lui signe un contrat. Le premier album d'Amy Winehouse, Frank, sort en octobre 2003, il est produit par Salaam Remi pour Island et reçoit un accueil très favorable. Les critiques sont dythirambiques, Amy Winehouse possède une voix soul et jazzy digne des plus grandes, on la compare même à Aretha Franklin, à Ella Fitzgerald ou à sarah Vaughan. Frank est rapidement disque d'or et les récompenses s'accumulent pour Winehouse mais elle n'est pas satisfaite car il y a trop d'interventions extérieures à son goût sur cette plaque. Certaines impositions faites par Island lui déplaisent et la chanteuse reste sans écrire la moindre chanson pendant près de dix-huit mois. C'est aussi à ce moment-là qu'elle entame sa descente aux enfers. En 2005, elle tombe en dépression et refuse, malgré l'insistance des pontes d'Island Records, de se faire soigner. Elle augmente - par provocation ? - sa consommation d'alcool et de drogue. Mais cette situation semble l'inspirer et elle écrit une chanson, Rehab, qui sera l'amorce d'un second album. Pour faire patienter un public qui s'intéresse de plus en plus à cette chanteuse hors normes, Island sort Rehab pour la diffusion radio au début de l'année 2006, Wake up Alone vient dans la foulée jusqu'à ce que l'album Back to Black (que l'on pourrait traduire par Retour vers l'Obscurité) sorte, en octobre 2006. Il s'agit là, assurément, d'une des meilleures productions musicales de ce début de 21è siècle. L'album est fortement orienté girl group, un style très en vogue dans les années '60, savant mélange de rhythm and blues(3), de doo-wop et de musique pop. L'album renverse tout sur son passage, conquiert l'Angleterre avant de s'en aller truster les récompenses dans toute l'Europe et aux Etats-Unis. Multiple disque d'or et de platine, Back to Black est une plaque écrite avec les trippes. Amy Winehouse y laisse transparaitre son mal-être personnel, ses relations tendues avec son mari Blake Fielder-Civil et ses problèmes judiciaires liés à la drogue.

Au plus le succès est là au plus la chanteuse s'enfonce dans son processus d'autodestruction. Il est rare de la voir sobre et ses prestations scéniques s'en ressentent. Plusieurs dates sont annulées et Winehouse reste quelques mois sans remonter sur scène. On ne la voit plus que dans les tabloïds, saoule à la sortie de bars ou de discothèques et même le nez dans le crack... On sait, à ce moment-là déja, qu'Amy Winehouse ne fera pas de vieux os. On la compare à Jim Morisson ou à Janis Joplin qui développait ce même mépris de la vie. A l'été 2008, des médecins lui décèle des signes d'emphysème et des problèmes d'arythmie cardiaque. Séjours hospitaliers et cures de repos loin de l'Angleterre se multiplient mais rien n'y fait. Si sa consommation de drogues diverses est à la baisse, celle d'alcool et de tabac reste linéaire... Récemment, Amy Winehouse était apparue complètement ivre, tenant à peine debout et oubliant ses paroles, lors d'un concert à Belgrade. Dans la foulée, son entourage avait annulé deux concerts à Istanbul et à Athènes à la fin du mois de juin dernier ainsi qu'une prestation au Festival de Nyon, en Suisse prévue aujourd'hui même.  Ses proches étaient plutôt alarmistes quant à son état de santé. Il y a trois jours, Amy Winehouse était apparue devant un public, celui de sa filleule Dionne Bromfield, une jeune chanteuse soul de 15 ans, lors du festival iTunes, à Londres. Ce jour-là, Winehouse semblait plutôt bien... Cette après-midi, elle a été retrouvée morte dans son appartement de Camden, dans le centre de Londres. Même si les causes officielles de son décès n'ont pas encore été confirmées, il semble qu'un abus d'alcool, de médicaments et/ou de drogues soit à l'origine de la mort d'Amy Winehouse.

Dépressive, peu sûre d'elle, probablement dépassée par son succès, accro à l'alcool et à la drogue... telle était Amy Winehouse. La chanteuse à la voix la plus formidable de ce début de 21è siècle est partie seule, comme elle avait vécu dans les abus de substances artificielles. Ce soir, je me demande jusqu'à quel point Amy Winehouse n'a pas été au bout de son processus, de façon volontaire, pour rejoindre le club fermé des icônes du rock mortes à 27 ans...

-----
(1) Rehab, sur l'album Back to black (2006)
(2) Et on peut encore ajouter Dave Alexander, le bassiste des Stooges, Pigpen Mckernan, le clavieriste de Grateful Dead, Alan Wilson, le guitariste et chanteur de Canned heat, ou l'exceptionnel guitariste de blues Robert Leroy Johnson qui sont tous morts à 27 ans...
(3) S'il vous plait, ne confondons pas le rhythm and blues américain des années '4à à '60, directement inspiré du gospel, du jazz et du blues et qui reposait sur une batterie, une guitare, un saxophone et un harmonica, avec ce R'n'B moderne qui repose tristement sur des claviers et des boites à rythme !

Partager cet article

Repost 0

commentaires