Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 octobre 2011 7 30 /10 /octobre /2011 13:41

Chez Spielberg, Tintin marche plus dans les traces d'Indiana Jones que dans celles d'Hergé...

tintin.jpgJe sors du Palace où je viens de voir le Tintin made in Spielberg avec comme un arrière-goût bizarre dans la bouche. Ai-je passé un bon moment ou pas me suis-je demandé en redescendant les escaliers de la salle 5. A l'autopsie - c'est à dire après quelques enjambées passées à réfléchir dans la rue baignée d'un agréable soleil automnal - je dois dire que oui, la séance était agréable. Un film rythmé, bien enlevé avec une intrigue captivante, des plans remarquablement montés et une photographie très réussie. Du vrai bon Indiana Jones, digne du meilleur épisode de la série ! Mais c'est bien là le problème c'est que le Tintin de Steven Spielberg s'apparente davantage à Indiana Jones qu'au Tintin d'Hergé ! D'ailleurs, le film fait quelques allusions à l'archéologue le plus célèbre d'Hollywood, à travers la scène du side-car notamment. Dans cette adaptation, Steven Spielberg prend beaucoup trop de libertés avec l'univers de Tintin. Avec Le Secret de la Licorne et Le trésor de Rackham le Rouge, Hergé fournissait cependant un vrai scénario clé sur porte mais pour je ne sais quelle raison, Spielberg a décidé de mixer Le Crabe aux Pinces d'Or à cette aventure. Il n'y a, pourtant, aucun lien entre les deux histoires; en outre Spielberg inclut des scènes complètes du Crabe aux Pinces d'Or dans le film au détriment du Trésor de Rackham le Rouge. Clairement, toute la quète du trésor racontée dans Le Trésor de Rackham le Rouge est escamotée pour laisser place au Crabe. Au final, le réalisateur livre un mix entre Le Secret de la Licorne et Le Crabe aux Pinces d'Or avec une pincée du Trésor de Rackham le Rouge alors qu'il aurait été plus sensé de mixer Le Secret de la Licorne et Le Trésor de Rackham le Rouge comme dans l'esprit d'Hergé, avec éventuellement une pincée de Crabe aux Pinces d'or. Les puristes de Tintin diront aussi que les superbes décors du film ne ressemblent en rien à ceux d'Hergé, la ligne claire si chère au dessinateur est absente pour des raisons cinématographiques probablement. Mais ce qui est plus décevant c'est l'absence totale du Professeur Tournesol qui est pourtant essentiel à l'intrigue du Trésor de Rackham le Rouge (ndlr il fournit le sous-marin pour plonger à la recherche de l'épave de la Licorne) alors que l'on retrouve La Castafiore qui est pourtant totalement absente du récit qui inspire le film. Dommage ! Autre erreur regretable, celle d'avoir fait de Sakharine un méchant ce qu'il n'est absolument pas dans le récit d'Hergé. C'est, en effet, contre les frères Loiseau que bataillent Tintin et Haddock dans la "réalité" d'Hergé. Quant à Omar Ben Salaad, il n'est pas du tout présenté comme le trafiquant d'opium qu'il est dans Le Crabe aux Pinces d'Or... Avec les personnages du récit aussi Spielberg prend donc des libertés. Il faut cependant reconnaitre que, globalement, les personnages du film sont assez fidèles à ceux d'Hergé, peut-être l'abstinence alcoolique du Capitaine Haddock est-elle trop soudaine car, s'il réduit assurément sa consommation après sa rencontre avec Tintin, il garde au fil des aventures un sérieux penchant pour la bouteille.

A la fin du film, Tintin retrouve une petite partie du trésor dans les caves de Moulinsart alors que dans la BD il retrouve tout le trésor (ou ce qu'il en reste en tous cas) à Moulinsart après avoir écumé l'océan à l'endroit où La Licorne coula. La dernière scène laisse entrevoir que le reste du trésor est encore à l'endroit du sabordage du bateau et permet donc de prévoir un second volet sur grand écran, ce qui est évidemment le cas puisque Spielberg a confirmé depuis des mois qu'il réaliserait, avec Peter jackson, une trilogie. Bref, dans le second opus, on peut aisément imaginer Tintin et Haddock partant en mer pour retrouver le reste du trésor de Rackham le Rouge avant de suivre la trace des Sept Boules de Cristal.... Ce second volet de la trilogie risque donc fort d'être inspiré du Trésor de Rackham le Rouge sur lequel Spielberg a fait l'impasse dans ce premier film. Pourquoi mélanger à ce point les récits d'Hergé ? Mais, ce qui m'a le plus dérangé dans le film de Spielberg ce sont deux scènes exagérées, typiquement hollywoodiennes, qui n'apportent rien à l'intrigue. La première se rapporte à l'abordage de La Licorne par le bateau de Rackham le Rouge. A un moment, les deux bateaux s'accrochent par le mât et dans un élan aussi impossible qu'inutile, le bateau des pirates passe par dessus La Licorne facilitant l'abordage... bof ! La seconde est un duel à la grue portuaire entre Haddock et Sakharine, limite Goldorak... rebof !

Je pense que les vrais fans de Tintin trouveront énormément à redire à propos de la vision spielberguienne du reporter à la houpette. Ce qu'ils préféreront c'est, à la limite, le très bon générique de début qui entraine le spectateur dans une espèce de clip bien ficelé, véritable concentré des aventures vécues par Tintin. Mais, ne boudons pas notre plaisir, ceux qui comme moi apprécient Tintin sans en être fanatique au point d'être invité à dîner un prochain mercredi et ceux qui aiment les films d'aventures à l'action haletante risquent fort de passer un bon moment. C'est du bon Spielberg que l'on voit sur l'écran ! Du spielberg qui ne pourra que plaire à tous ceux - les plus jeunes notamment - qui ne connaissent pas ou peu l'univers de Tintin... Peut-être une façon de faire entrer le Reporter du Vingtième siècle dans le vingt et unième ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article

commentaires