Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 février 2013 2 19 /02 /février /2013 10:12

Blake et Mortimer, un incontournable de la BD belge

blake-mortimer.jpgLe 30 mars 1904, à Bruxelles, voyait le jour le futur créateur des aventures extraordinaires de Blake et Mortimer, un des phénomènes les plus marquants de toute l’histoire de la bande dessinée internationale. Edgar P. Jacobs est passionné par l’art lyrique et c’est dans cette voie qu’il se lance avant que la seconde guerre mondiale n’interrompe une fort courte carrière. Durant le conflit, il travaille pour l’hebdomadaire «
Bravo» pour lequel il est notamment chargé de colorier les planches d’un comic américain publié dans le magazine ; Flash Gordon. Mais en 1942, l’occupant allemand fait interdire la publication de ces aventures jugées trop américaines (et pour cause...). Alors, on demande à Jacobs de créer quelques planches qui seront publiées. Ce sont là les prémisses du «Rayon U» qui ne sera publié sous forme d’album qu’en 1974. En 1943, Hergé, qui a remarqué le talent indéniable de Jacobs, le prend sous son aile pour remanier sept albums des aventures de Tintin. Dans la double aventure «Les sept boules de cristal» et «Le temple du soleil», on peut aisément retrouver la touche d’E.P. Jacobs ! A la fin du conflit, le dessinateur décide de voler de ses propres ailes et crée son duo de personnages; le Capitaine Francis Blake et le Professeur Philip Mortimer. Les premières aventures de Blake et Mortimer prennent, hebdomadairement, place dans le Journal de Tintin. En 1947, Jacobs cesse sa collaboration régulière avec Hergé pour ne plus se consacrer qu’à ses deux personnages. Chaque album est basé sur un scénario solide, une documentation pointue et un souci du détail cher à l’auteur ; Jacobs en réalisera huit de son vivant et il plonge, dans chacun d’eux, le lecteur dans une ambiance futuriste et extraordinaire, ce terme étant à prendre dans son sens premier à savoir qui sort du commun. Jacobs confrontera ses héros à des phénomènes très en avance sur leur temps. Ainsi, Blake et Mortimer croiseront sur leur route l’Espadon, un avion-amphibie supersonique né de l’imagination fertile de Jacobs, l’onde Mega capable de diriger les esprit, un rayon à même de modifier le climat(1), une machine à remonter le temps et même la cybernétique... tout en se livrant à un combat - assez manichéen il faut le reconnaître - contre l’infâme Colonel Olrik, symbole du mal sur cette terre.

L’album «La Marque Jaune» deviendra un album mythique et sert désormais d’étalon dans la BD mondiale. Rarement un tel degré de génie aura été atteint dans ce qu’il est convenu d’appeler le neuvième art. Fervent adepte de la ligne claire, un style inventé par Hergé qui consiste à éliminer tout ce qui graphiquement accessoire, à styliser au maximum et à enserrer le dessin dans un trait noir, fermé et net, Jacobs apporte à cette technique son expertise dans la colorisation. Il sera d’ailleurs le seul a faire évoluer un tant soit peu ce style de dessin qui est tombé en désuétude dans les années ’70 et que les successeurs de Jacobs tentent, avec succès, de remettre au goût du jour avec la reprises des aventures de Blake et Mortimer... En effet, une dizaine d’années après le décès d’Edgar P. Jacobs(2), le dessinateur Ted Benoît (auteur notamment de Ray Banana) et le scénariste Jean Van Hamme (XIII, Thorgal, Largo Winch...) reprennent l’œuvre de Jacobs lui assurant une continuité que n’aurait probablement pas déniée le créateur.

Aujourd’hui, Blake et Mortimer font partie intégrante de l’histoire de la bande dessinée. En 17 albums, les héros de Jacobs ont conquis des millions de lecteurs à travers le monde devenant ainsi presque l’égal de Tintin et Astérix.

Les aventures de Blake et Mortimer

Entre 1946 et 2001, ce ne sont pas moins de 17 albums des aventures de Blake et Mortimer (et quelques hors-séries) qui ont été publiés. Survol rapide de ces intrigues aussi captivantes qu’extraordinaires...

Le secret de l’Espadon (1946) dans lequel Jacobs imagine la libération d’un monde vaincu par une issue différente au conflit mondial qui vient de s’achever. L’Espadon est une machine de guerre qui doit servir à libérer le monde ;

Le mystère de la grande pyramide (1950) : une aventure d’archéologie-fiction centrée sur la pyramide de Gizeh dans laquelle Jacons imagine une chambre secrète en relation avec le règne court du pharaon Amenophis IV, connu historiquement sous le nom d’Akhenaton ;

La marque jaune (1953) : le plus abouti de tous, un album de référence pour tous les amateurs de BD. Jacobs s’inspire de toutes les expériences menées à l’aube des années ‘50 sur le cerveau humain. Le vol de la couronne britannique sert de détonateur à l’intrigue...

L’énigme de l’Atlantide
(1957) : à la recherche d’un métal précieux, l’orichalque, décrit par des documents anciens, Blake et Mortimer découvrent, aux large des Açores, la mythique cité de l’Atlantide ;

SOS météores (1958) : suite au rigoureux hiver 1954, Jacobs envisage un savant capable de modifier le climat. Les recherches de l’auteur lui permettront aussi de s’inspirer pour son histoire des expériences menées, entre 1954 et 1957, tant par les Soviétiques que les Américains sur la modification climatique...

Le piège diabolique (1960) dans lequel Jacobs entraîne ces deux héros dans les méandres du temps avec le Chronoscaphe. Le point de départ, selon l’auteur, était de démontrer au nostalgique que le «bon vieux temps» n’était pas si bon que cela finalement et que le futur ne serait pas spécialement meilleur...

L’affaire du collier (1965) : Olrik, l’ennemi intime et juré de Blake et Mortimer est jugé mais durant son procès, il met sur pied, avec ses comparses, le vol du Collier de la Reine. Nos deux héros doivent retrouver le bijou inestimable ;

Les trois formules du Professeur Sato
(1967 - tome 1) a pour cadre la conquête spatiale. Le Professeur Sato a mis au point une machine capable de suppléer l’humain dans l’exploration du cosmos. Cette machine est un androïde qu’une organisation criminelle mondiale tente de s’approprier, par l’intermédiaire d’Olrik évidemment ! A noter que le tome 2 de cette aventure sera réalisé par Bob de Moor suite au décès d’Edgar Jacobs et qu’il ne sortira qu’en 1990 ;

Les albums parus après la mort d’Edgar P. Jacobs :

Réalisés par Ted Benoît et Jean Van Hamme ou Yves Sente et André Juillard

L’affaire Francis Blake (1996) : le MI5, services secrets britanniques, est infiltré par une taupe. Le Capitaine Francis Blake est soupçonné... Jacobs entraîne le lecteur en pleine guerre froide !

La machination Voronov (2000) : la conquête spatiale et plus précisémment la lutte pour la suprématie dans ce domaine entre les USA et l’URSS sert de décor à cette aventure. Un engin soviétique frappé par une pluie de météores retombe sur terre. L’équipe russe chargé de faire disparaître les traces de cet échec est anéantie par un mystérieux virus...

L’étrange rendez-vous (2001) : Machlan MacQuarrie, officier anglais mort lors de la guerre d’indépendance américaine et aïeul de Mortimer, réapparaît 177 ans après son décès... Il est porteur d’un message gravé sur le cuir de sa ceinture...

Les sarcophages du 6è continent – Album 1 : La menace universelle (2003) : 1958, des Maharadjahs sont réunis autour d’un empereur ressuscités dans l’optique de créer une nouvelle arme tandis que Francis Blake tente de déjouer un complot dont la finalité le dépasse.

Les sarcophages du 6è continent – Album 2 : Le duel des esprits
(2004) : l’arme créée par les Maharadjahs est une machine qui permet d’envoyer l’esprit du maléfique Olrik commettre des méfaits.

Le sanctuaire du Gondwana (2008) : Du lac Victoria au Tanganyika, Mortimer part sur les traces d’une civilisation perdue de l’Afrique noire.

La malédiction des trente derniers (2009) : Le Professeur Mortimer part, avec l’archéologue grec Markopoulos, sur les traces de Judas Iscariote et d’un prêtre chrétien grec du 1er siècle, Nicodemus.

Le serment des cinq Lords (2012) : Un mystérieux personnage en toge blanche vole des antiquités apparemment sans grande valeur tandis que des anciens condisciples d’université de Blake sont assassinés… Construit comme un véritable roman policier anglais pur jus, ce tome est surtout axé sur la personnalité de Francis Blake et sa jeunesse.

L’oncle Septimus
(à paraitre en 2013) : une suite du mythique album La Marque Jaune.

-----
(1) dont x s’inspirera probablement pour l’adaptation cinématographique de «Chapeau Melon et Bottes de Cuir»
(2) Le 20 février 1987

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans A découvrir
commenter cet article

commentaires

stress balls 19/05/2014 14:13

This was one of the first animation series on the main media and the people use to enjoy it so much. Those were the good old days and i am happy for the share titled The Swordfish Uncle Septimus and i will be back again.