Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juillet 2013 6 06 /07 /juillet /2013 10:04

Série de l'été - 1982, un one hit wonder lancinant et répétitif qui fait un carton et qui trouve une seconde vie trente ans plus tard.

02-Da-da-da.jpgA l'aube des années '80, la New Wave allemande explose. Ce genre musical trouve ses origines en Angleterre, dans la seconde moitié des seventies, sur les cendres du punk rock. Les synthétiseurs et les boites à rythme envahissent la musique phare de cette époque, l'heure est à la synthpop et à l'électropop. Joy Division, New Order, Soft Cell, The Sister of Mercy, Depeche Mode, Yazoo, The Cure... dominent la scène anglaise mais d'autres pays voient aussi une scène new wave se mettre en place, c'est la cas de la Belgique (avec Front242, Play It Again Sam ou TC Matic), la France (Taxi Girl, Rita Mitsouko, Indochine ou Etienne Daho), les Etats-Unis (Cyndi Lauper, The Knack, Blondie, Talking Heads...) et, bien entendu l'Allemagne où Sandra, Die Krupps, Alphaville, Kraftwerk, Propaganda et Nena se partagent l'affiche de la Neue Deutsche Welle. En 1980, Stephan Remmler, Gert Krawinkel et Peter Behrens veulent une part du gâteau et crée un groupe qu'ils baptisent, sans originalité, Trio. Une batterie, une guitare, un synthé basique et voila Trio parti dans une belle aventure qui les emmène de scène en scène jusqu'à ce qu'un producteur remarque le groupe. Klaus Voormann, qui se lance dans l'aventure de la production, a un bagage musical imporant. Illustrateur, il a imaginé des pochettes d'albums dont celui des Beatles, Revolver en 1966, qui lui vaudra un Grammy Award; bassiste il accompagne le bluesman britannique Manfred Mann après avoir refusé une proposition des Moody Blues. Dans les années '70, il s'installe aux Etats-Unis et joue fréquement avec John Lennon, notamment sur les albums John Lennon/Plastic Ono Band (1970) et Imagine (1971). Lorsqu'il revient en Allemagne, en 1979, Voormann se lance dans la production musicale, sans grand succès jusqu'à ce qu'il entende Trio sur une scène hambourgeoise. Le groupe propose surtout des reprises mais dispose aussi de quelques titres propres comme Sabine Sabine Sabine ou Da Da Da Ich liebe dich nicht du liebst mich nicht aha aha aha. Voormann amène le groupe en studio pour l'enregistrement d'un 45 tours qui reprend les deux titres précités. Il est décidé de mettre Da Da Da Ich liebe dich nicht du liebst mich nicht aha aha aha, plus dynamique et qui reste dans l'oreille de façon lancinante avec ses aha aha aha sur la face A. Pour des raisons évidentes de facilité pour le public, Voormann décide de racourcir le titre en Da Da Da et le disque est lancé dans le commerce au début de l'année 1982.

Mélodie ultrasimple (trois accords), paroles répétitives, il n'en faut pas plus pour lancer Da Da Da qui se classe rapidement à la seconde place des hit-parades allemands avant de conquérir le Danemark, les Pays-Bas, la Belgique et la France. La chanson devient même n° 1 des ventes en Autriche et en Suisse ! Il est temps de s'attaquer aux marchés anglophones et Voormann exporte d'abord la chanson en Australie, en Nouvelle Zélande et en Afrique du Sud où elle atteint également la première place des charts avant d'arriver en Angleterre où Da Da Da obtient une excellente deuxième place dans les charts de juillet 1982. La chanson est traduite et reprise dans plusieurs langues, en néerlandais, en français, dans une version totalement anglaise et dans une version entièrement allemande. Fort du succès de ce titre, Klaus Voormann produit un LP intitulé Trio, très (trop ?) vite enregistré qui sort dans la foulée pour surfer sur le succès de Da Da Da. Si en Allemagne, le disque se vend raisonnablement, il reste plutôt confidentiel dans les autres pays. Malgré deux autres albums studio - Bye Bye (1983) et What's the Password (1985), Trio ne retrouvera jamais le succès engendré par Da Da Da. Le groupe se sépare à la fin de l'année 1985 et chacun de ses membres tente une carrière solo sans grande envergure. Trio est considéré comme l'un de ces nombreux groupes des années '80 a avoir fait un one hit wonder à l'image Baltimora, Dexy' Midnight Runners, Double; Kazino, Gazebo ou encore Rockwell.

Une seconde vie pour Da Da Da

Trente ans après sa création, Da Da Da retrouve une seconde vie, en 2012... grâce à la publicité. En effet, plusieurs annonceurs (Citroën, Bayer, Suez, Orange...) utilisent cette chanson en toile de fond d'une publicité en télévision. D'aucuns ont imaginé que c'était parce que Da Da Da était tombée dans le domaine public mais il n'en n'est rien puisqu'une directive européenne d'octobre 1993 prévoit que les oeuvres d'artistes tombent dans le domaine public 70 ans après le décès de l'auteur. Jusqu'à preuve du contraire, Remmler, Behrens et Krawinkel sont toujours en vie... Simplement, pour  les même raisons que celle qui  avaient poussé Klaus Voormann à produire la chanson en 1982, les publicitaires l'utilisent à nouveau aujourd'hui, Da Da Da est lancinante, répétitive et reste accrochée dans l'oreille.



02-Da-da-da---paroles.jpg

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans A découvrir
commenter cet article

commentaires