Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 09:00

Pour le politologue flamand Lieven De Winter, la seule solution viable serait d'exclure la N-VA des négociations... C'est mon discours depuis le lendemain des élections du 13 juin !

exit.jpgDans la Libre Belgique de ce matin, le politologue flamand de l'Université Catholique de Louvain (UCL), Lieven De Winter, donne une interiew dans laquelle il affirme clairement que pour sortir de l'impasse politique dans laquelle se trouve la Belgique, il faut changer la donne autour de la table des négociations. Extraits choisis : "[...] la N-VA ne peut pas conclure un accord pour tant de raisons : 1° Un compromis équilibré ne sera jamais satisfaisant pour la N-VA. 2° Elle n'a pas le personnel suffisant pour occuper des cabinets, gérer l'Etat [...] 3° Il y a des gens dans le parti qui s'opposeraient à une participation au Gouvernement [...]"(1) confie le politologue flamand avant d'ajouter, "Si cela ne marche pas avec la N-VA, la seule alternative est un Gouvernement avec la sept partis actuels, moins la N-VA et avec les Libéraux du nord et du sud"(1)... Voila une interview qui me réchauffe le coeur ! C'est en effet le langage qui est le mien depuis plusieurs mois. L'on m'a dit que ce n'était pas envisageable, que la N-VA était incontournable parce qu'elle était le grand vainqueur des élections... Personne n'est incontournable ! Et puis, celui qui gagne une étape n'est pas forcément le vainqueur final du Tour de France ! La N-VA a remporté une étape le 13 juin dernier, mais la course est longue et elle n'en sera pas obligatoirement la gagnante finale... "Dire que la N-VA est incontournable dans le prochain Gouvernement est erroné !"(2) écrivé-je au  lendemain du scrutin, en me reposant sur l'évidence mathématique des chiffres sortis des urnes. Mais, quelques semaines plus tard, à la fin août 2010, alors que Bart De Wever et Laurette Onkelinx s'étaient affrontés verbalement et que le Président de la N-VA annonçait qu'il fallait aussi se préparer à l'éventualité de la fin de la Belgique, j'affirmais avec force qu'il fallait avoir le courage politique d'éjecter Bart De Wever des négociations. "Prendre son courage en mains dans ce contexte serait de dire : Basta, De Wewer on ne veut plus de toi ! Aujourd'hui, je pense qu'Elio Di Rupo, pour le bien de la Belgique - de toute la Belgique - doit se rendre chez le Roi et lui dire : Sire, les négociations avec la N-VA sont impossibles, il convient d'arrêter là et de de nommer un nouvel Informateur qui étudiera la possibilité d'une nouvelle coalition gouvernementale sans la N-VA"(3) noté-je à ce moment. Ce n'est rien moins que le même discours que tient, aujourd'hui, Lieven De Winter, le politologue de l'UCL !

Ce qui me semble une évidence depuis plusieurs mois semble aussi le devenir pour d'autres désormais. Bart De Wever prend la Belgique en otage depuis trop longtemps, il faut agir de manière forte en l'écartant purement et simplement, je le répète depuis longtemps.

-----

(1) N-VA "out", Libéraux "in", par Laurent Gérard, in La Libre Belgique, 7 janvier 2011, p. 6
(2) Hypothèse, par Olivier Moch, on Acta Diurna, 14 juin 2010
(3) De Wever... genoeg ! , par Olivier Moch, on Acta Diurna, 23 août 2010

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Humeurs
commenter cet article

commentaires