Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 13:19

Alberto Contador est suspendu deux ans et, dans le même temps, les poursuites contre Lance Armstrong sont abandonnées...

contador.jpgLe Tribunal Arbitral du Sport (TAS) devait rendre son verdict ce matin, il l'a fait : Alberto Contador est reconnu coupable de dopage au Clembuterol est est sanctionné d'une suspension de deux ans. 565 jours après les faits - l'acouchement fut encore plus long que celui du Gouvernement belge ! -, le TAS a donc clarifié les choses mais deux ans pour 50 picogrammes de Clenbutérol dans le sang, cela m'apparait comme disproportionné. Je dois même dire que je ne comprends par forcément la sanction ! Pour être plus précis, 50 picogrammes c'est une dose infinitésimale, cela correspond à 0,000000000005 grammes par millilitre de sang, c'est à dire que cela n'aurait eu aucun effet dopant sur le cycliste. Par ailleurs, la dose minimale que les laboratoires accrédités par l'Agence Mondiale Antidopage (AMA) doivent retrouver pour convaincre un coureur de dopage est de 0,000000002 grammes par millilitre de sang... soit une dose 400 fois supérieure à celle retrouvée dans l'échantillon d'Alberto Contador. Celui-ci s'est défendu en arguant que ce produit illicite était arrivé dans son sang par contamination alimentaire. Est-ce possible ? Oui ! Est-ce certain ? Non, ça ne le sera jamais ! Ce qui est évident à mes yeux c'est que les traces du produit retrouvées dans les urines du coureur espagnol sont insuffisantes que pour parler de dopage et que, dès lors, la sanction est disproportionnée ! D'autant que, par la suite, jamais Alberto Contador ne fut contrôlé positif à quelque produit que ce soit. Deux ans de suspension, la perte du Tour de France 2010, du Giro 2011 et de douze autres victoires, moins prestigieuses mais des victoires quand même, c'est beaucoup, c'est trop... La perte du Tour de France 2010 m'aurait semblé suffisamment lourde comme sentence. D'autant que, finalement, dans le Dossier Contador il y a eu comme une forme d'acharnement. Le contrôle a eu lieu le 21 juillet 2010, les résultats sont tombés à la fin du mois de septembre suivant. Le 26 janvier 2011, la Fédération Espagnole de Cyclisme suspendait Contador pour un an alors qu'une procédure était en cours mais elle revint sur sa décision deux semaines plus tard sur base de l'article 296 du règlement de l'Union Cycliste Internationale (UCI) qui régit le cyclisme professionnel. Cet article précise : "si le cycliste n'a commis aucune faute ou négligence, la période de suspension normalement prévue ne sera pas retenue". Pour la Fédération Espagnole, l'explication du steak au Clenbutérol était plausible et, dans ce cas, Contador n'aurait commis aucune faute ou négligence... Par ailleurs, les avocats du cycliste ont mis, à l'époque, en avant un double vice de forme dans la procédure : celle-ci a duré plus de six mois et un courier qui aurait du parvenir à Contador ne lui est jamais parvenu.

Bref, Alberto Contador attaque la saison 2011 avec l'esprit libre ! Mais l'Union Cycliste Internationale et l'Agence Mondiale Antidopage font alors appel auprès du Tribunal Arbitral du Sport. L'audience est reportée à plusieurs reprises durant l'année 2011 pour avoir lieu, finalement, à la fin du mois de novembre dernier. Le TAS annonçait alors son verdict pour la mi-janvier 2012 mais il fut encore reporté suite à la polémique, amplifiée par les médias, autour d'une relation tendue entre l'AMA et le Président du Tribunal Arbitral du Sport. C'est donc aujourd'hui que le verdict et la sentence sont tombés, 565 jours après les faits. Mais, durant cette période, plusieurs attaques ont été portées contre Contador par les médias (ndlr L'Equipe et Humo, notamment). Ainsi, a-t-on avancé que des traces de plastiques avaient été retrouvées dans l'échantillon du coureur espagnol ce qui tendait à prouver une autotransfusion sanguine. Des propos très vite témpérés par le Président de l'Agence Mondiale Antidopage qui confirmait qu'il n'y avait pas de lien tangible entre lesdits résidus de plastique et une autotransfusion(1).

Lance Armstrong blanc comme neige !!!

En définitive, lorsque l'on examine le cas d'Alberto Contador, on s'aperçoit :
- que le Clenbuterol retrouvé dans ses analyses est en quantité insuffisante que pour être dopant;
- que l'on n'a jamais pu prouver une quelconque forme d'autotransfusion;
- que l'hypothèse du steak contaminé tient, au moins, autant la route que celle du dopage et qu'il y a donc une présomption d'innocence;
- qu'il y a eu des vices de procédures;
- que les audiences du TAS ont été reportées à maintes reprises entretenant par là même un stress permanent chez le coureur;
- qu'un article du règlement de l'UCI tend à donner raison au coureur...

Et malgré cela, Alberto Contador est suspendu pour deux ans ! L'on dirait aujourd'hui que l'on voulait a tout prix sa suspension que je le croirais volontiers. Cet acharnement à la suspension de Contador est assez paradoxal au regard du cas de Lance Armstrong qui n'a jamais été inquiété alors que de fortes suspicions planaient autour de lui. Armstrong a été contrôlé positif aux corticoïdes, le 4 juillet 1999, lors de la première étape du Tour de France de son incroyable come-back. Une ordonnance médicale apparait bizarrement quelques jours plus tard alors qu'Armstrong, lui-même, avait déclaré ne pas en avoir. Mais, par-delà cette ordonnance providentielle dont le Texan n'avait pas eu vent, il y a tous les témoignages d'anciens équipiers (Floyd Landis, Tyler Hamilton, Frankie Andreu, Stephen Swart, etc.) qui affirment avoir vu Armstrong se doper. Si l'on y ajoute le livre édifiant de Pierre Ballester et David Walsh ("L.A. Confidentiel", 2006, Editions de La Martinière) qui rapporte divers témoignages de l'entourage proche de l'ancien coureur de l'US Postal ou encore un second contrôle positif à l'EPO (en 1999 aussi mais seulement révélé en 2005) cela fait beaucoup... Et pourtant, Lance Armstrong est toujours passé aux travers des mailles du filet du dopage. Mieux encore, alors que la justice américaine avait ouvert, en 2009, une enquête sur l'utilisation de produits dopants par Armstrong et ses coéquipiers dans différentes équipes américaines, le Procureur Général de Los Angeles vient d'annoncer la fin des poursuites... sans motivation particulière. Aujourd'hui qu'il est retiré du peloton professionnel, on peut dire que Lance Armstrong ne s'est jamais officiellement dopé, malgré deux contrôles positifs au moins.

Alberto Contador aura bénéficié de moins de clémence, il est suspendu jusqu'au 5 août 2012(2) ce qui le privera du Tour de France 2012 et, peut-être plus embêtant pour lui car il aura 33 ans lors des prochains, des Jeux Olympiques de Londres. Je le répète, puisque des traces de Clenbuterol ont été retrouvées - même en quantité insuffisante que pour être dopantes - Alberto Contador devait recevoir une sanction. Mais au vu du déroulement de l'affaire et des paramètres listés plus haut, cette sanction aurait du être mois sévère que celle remise par le TAS aujourd'hui. La perte du Tour de France 2010 au profit d'Andy Schleck eut été suffisante ! D'autant que Contador risque aussi, désormais, une amende de 2,5 millions d'euros... A mes yeux, il apparait que l'AMA, l'UCI et le TAS soient partisans du deux poids, deux mesures dans leur lutte contre le dopage !

-----
(1) Contador ne convainc pas, par A.C. on sport.fr, 14 octobre 2010
(2) les longueurs de la procédure qui a débuté en août 2010 font qu'il ne lui reste que 6 mois à purger.

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article

commentaires