Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mai 2009 4 07 /05 /mai /2009 10:43

Le monde politique sait-il communiquer par e-mail ?

e-mail.jpgCette question, nous la posions déjà, à la même époque voici cinq ans, à la veille du scrutin européen et régional. Il nous faut constater que la réponse est, malgré le temps qui a passé, la même : NON ! Est-il encore besoin d’insister, à notre époque de médias et de communication, sur l’importance d’internet. A l’heure actuelle plus de 50% de la population ont un accès régulier, soit via leur milieu professionnel soit à la maison, à la toile(1) et ce chiffre est en évolution permanente. Par extension, la communication électronique prend une ampleur aussi importante ; sa simplicité et sa rapidité font assurément de l’e-mail le moyen de communiquer le plus intelligent a l’heure actuelle, à condition bien entendu de l’utiliser de façon intelligente ! Il permet de transmettre des messages quasiment en temps réel, sans dérangement, mais aussi des documents et/ou des images que l’on peut retravailler ce que ni le fax, ni le téléphone – sauf certains portables qui utilisent le mail – ne permettent ! Le mail est donc, de manière globale, le moyen de communiquer le plus efficace, à condition que l’on en fasse une bonne utilisation ! Comme il y a cinq ans, il nous a paru judicieux de voir si le monde politique fait bonne utilisation de ce média. Le constat que nous posions à l’époque n’était assurément pas à l’avantage de nos politiques. Qu’en est-il aujourd’hui ? Ainsi donc, pur le savoir, j’ai reconduit mon expérience de 2004, en voici le résultat.

Le principe : 4 questions à 4 niveaux des 4 partis politiques traditionnels francophones de Belgique !

Le champ d’investigation : au risque de déplaire aux plus farouches défenseurs de la démocratie qui estiment que cette dernière autorise tout et presque n’importe quoi, j’ai volontairement écarté l’afFront National (FN) de l’enquête car, personnellement, je préfèrerai toujours sacrifier – s’il le fallait vraiment – un testicule plutôt que d’offrir une quelconque tribune à la bête immonde !!! Donc, l’exercice porte sur les quatre partis traditionnels francophones à savoir : le PS (Parti Socialiste), le MR (Mouvement Réformateur), Le CDH (Centre Démocrate Humain) et ECOLO (Ecologistes Confédérés pour l’Organisation de Luttes Originales).

L’action menée : le 30 avril dernier, j’envoyais simultanément un e-mail avec le même message comprenant 4 questions, à 4 niveaux différents des 4 partis précités ; à savoir :
- les poids lourds de ces quatre partis : Elio di Rupo (PS), Didier Reynders (MR), Joëlle Milquet (CDH) et Jean-Michel Javaux (ECOLO) ;
- les fédérations liégeoises de ces 4 partis ;
- la rubrique «Contactez-nous» du site national de chacun des partis concernés ;
- la tête de liste liégeoise de chacun des partis : Michel Daerden (PS), Christine Defraigne (MR), Marie-Dominique Simonet (CDH) et Bernard Wesphael (ECOLO).

Le texte exact du message : Habitant de Liège, je me pose quelques questions à propos des élections régionales qui arrivent à grand pas. Peut-être pourrez-vous y apporter des réponses ?
1. Qui conduira la liste de votre parti à Liège pour les régionales ?
2. Quelle est la position de votre parti en matière de gestion de la récession économique que nous traversons ?
3. Je suis assez indécis suite à la pantomime politique qui a suivi le scrutin fédéral de juin 2009… Quel est l’intérêt de voter le 7 juin prochain ?
4. Comment adhérer à la section locale de votre parti la plus proche de mon domicile (Liège) ?

NB : je signais de mon nom, contrairement à 2004 où j’utilisais un pseudo.

Les mails ont été envoyés simultanément, en Cci de telle sorte qu’aucun des destinataires ne sache que le même questionnaire a été envoyé aux autres ! Les questions posées étaient volontairement simples (voire simplistes ?) et portaient aussi bien sur un aspect du programme que sur des renseignements pratiques…

LES RESULTATS

Une semaine après avoir envoyé les mails, il est temps de tirer le bilan ! Chaque récipiendaire a eu largement le temps de voir le message et d’y répondre s’il le voulait.

Le premier constat qui s’impose est que le retour a été plutôt faible : 6 réponses (Elio Di Rupo, Joëlle Milquet, site du PS, Site du CDH, section liégeoise d’ECOLO et Bernard Wesphael) sur 16 mails envoyés, soit 37,5% de retour. A peine plus du tiers de répondants ! Et encore, parmi ces six réponses, il y a 2 réponses automatiques de réception de mon message ; elles n’apportent aucun embryon de réponse. On peut donc dire que seul quatre réponses concrètes sont arrivées (Elio Di Rupo, le site du CDH, la section liégeoise d’ECOLO et Bernard Wesphael). 25% de réponses concrètes c’est faible, très faible !

Second constat que je trouve personnellement dramatique : parmi les poids lourds de la politique francophone seul Elio Di Rupo (où l’un de ses collaborateurs, mais peu importe…) à apporté une réponse. Messieurs Javaux et Reynders ainsi que Madame Milquet n’ont pas donné le moindre signe d’intérêt au mail. On imagine aisément que ceux-ci sont fortement occupés mais lorsque l’on sait la foule de collaborateurs – courtisans des temps modernes, et je sais de quoi je cause - qui les entourent, on ne peut que regretter que ces personnalités politiques de premier plan snobent le citoyen de telle façon ! Il convient, par contre, de mettre en avant la précision des réponses d’Elio Di Rupo ou de son collaborateur.

Le constat suivant est aussi inquiétant car une seule des têtes de liste de la région de Liège (pour rappel Michel Daerden pour le PS ; Christine Defraigne pour le MR ; Marie-Dominique Simonet pour le CDH et Bernard Wesphael pour ECOLO) a répondu : Bernard Wesphael. Et encore, sa réponse laconique renvoie simplement vers le site d’ECOLO sans plus de réponse. A quelque 30 jours des élections, les têtes de liste ne prennent pas la peine de s’intéresser au citoyen qui se pose des questions mais ils voudraient cependant que ce citoyen se souvienne d’eux dans l’isoloir ! Pour ma part, je ne donnerai pas ma voix à l’un de ces leaders… Si c’est gens ont un mail, qu’ils fassent alors l’effort de répondre lorsqu’on les interroge sinon, quel est le but de disposer de cet outil ? Peut-être, après tout, est-ce trop compliqué pour eux ?

Le quatrième constat que l’on peut poser est qu’au niveau des fédérations liégeoises des quatre partis cela ne fonctionne guère mieux. Seule la locale d’ECOLO a daigné répondre ! Les réponses de Nicole Maréchale étaient claires et précises, elle a ajouté un p’tit coup de pub pour une réunion publique à venir, ce qui est de bon aloi. Par contre, du côté du PS, du MR et du CDH : aucun signe de vie. C’est dommage car, lors de l’expérience de 2004, ces trois partis avaient répondu à ma demande et pas ECOLO. La dynamique s’est donc totalement inversée.

C’est au niveau des sites nationaux de chaque parti que nous dresserons le dernier constat de cette petite enquête : 50% de réponses à savoir le CDH qui apporte même un éclairage très précis à toutes les questions par le biais de son Directeur Politique et le PS qui se contente d’une réponse automatique sans suite. Quant au MR et au CDH, il semble que la fameuse rubrique «Contactez-nous» de leur site ne serve à rien puisqu’il n’y a pas de réponse lorsque l’on s’en sert !

EN CONCLUSION : Politique et e-mail ne font pas bon ménage !La palme de la mauvaise communication par e-mail revient au MR !

Si l’on devait transformer les résultats obtenus en chiffres, coter sommes toutes l’usage que font les politiciens du mail, de 0 à 3 selon la réaction cela donnerait ceci :

- les poids lourds de ces quatre partis :
Elio di Rupo (PS) : 3
Joëlle Milquet (CDH) : 1
Didier Reynders (MR) : 0
Jean-Michel Javaux (ECOLO) : 0

- les fédérations liégeoises des 4 partis :
ECOLO : 3
PS : 0
MR : 0
CDH : 0

- la rubrique «Contactez-nous» du site national de chacun des partis concernés :
CDH : 3
PS : 0
MR : 0
ECOLO : 0

- la tête de liste liégeoise de chacun des partis :
Bernard Wesphael (ECOLO) : 2
Michel Daerden (PS) : 0
Christine Defraigne (MR) : 0
Marie-Dominique Simonet (CDH) : 0

L’appréciation globale par parti :
ECOLO : 0 + 0 + 3 + 2 = 5
PS : 3 + 1 + 0 + 0 = 4
CDH : 1 + 3 + 0 + 0 = 4
MR : 0 + 0 + 0 + 0 = 0

Au décompte final, l’on peut dire que la communication par e-mail n’est toujours pas l’apanage du monde politique. En cinq ans, les choses n’ont pas évolué dans ce domaine : le politique et l’e-mail ne font pas bon ménage ! Tout juste notera-t-on un retour satisfaisant au niveau d’Elio Di Rupo (PS), du site général du CDH, de la locale liégeoise d’Ecolo et un retour faible de Bernard Wesphael… Pour le reste : néant, vide, rien, nada, nothing et cetera ! La palme de la plus mauvaise communication par e-mail revenant au MR qui n'a répondu à aucun des quatre niveaux de sollicitation. N’est-il pas temps que le politique prenne réellement conscience de l’importance du net et du mail. Il semble évident que cela reste un pis-aller, voir une manière de proposer un programme, des idées, une image ou une fenêtre sur le parti. Mais le net ce n’est pas que cela c’est avant tout le moyen le plus direct pour communiquer avec un grand nombre de citoyens et d’avoir une relation privilégiée(2) avec eux… Peu nombreux sont ceux qui semblent l’avoir compris !

-----
(1) 54% selon le Service Public Fédéral Economie, chiffre de 2006
(2) ne fut-ce que par le biais d’un collaborateur

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article

commentaires