Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mai 2011 5 06 /05 /mai /2011 14:37

La fécondation post-mortem, est-ce éthique ou pas ?

fiv.jpgIl existe, en Belgique, 18 centres de procréation médicalement assistée (CPMA) reconnus officiellement. Ces centres ont permis, depuis 25 ans, d’aider plusieurs milliers de couples qui n’y parvenaient pas «naturellement» à avoir des enfants. Il est un cas concret de procréation médicalement assistée que l’on évoque peu ou prou et dont nous allons parler aujourd’hui…

 

La Belgique autorise, depuis la loi du 6 juillet 2007, la conception d’un enfant après le décès du père demandeur. Prenons un exemple concret, celui d’un homme qui souffrirait d’un cancer et qui, sachant son pronostique de survie engagé, demanderait à se faire prélever du sperme pour une conservation avant de subir les lourds traitements lié à sa maladie. Si cet homme et sa femme le souhaitent, cette dernière pourra être inséminée, après le décès de son mari, par le sperme prélevé et conservé. Bien sûr, cette démarche extraordinaire – dans le sens premier du terme, c'est-à-dire qui sort de l’ordinaire – est règlementée et ne se pratique pas à la légère. Il y a, dans un premier temps, une question d’accords, c'est-à-dire que les trois parties concernées – le père, la mère et le centre de procréation médicalement assistée – doivent être d’accord sur ce procédé de fécondation. Il y a aussi une question de délai en ce sens que la femme qui le souhaite ne peut se faire inséminer avec le sperme de son conjoint décédé qu’au plus tôt six mois après le décès du père et au plus tard deux ans.

 

Il y a quelques mois, le parlementaire CD&V Raf Terwingen avait interpellé La Ministre de la Santé, Laurette Onkelinx, à propos de ce type de fécondation en Belgique. Dans sa réponse écrite, la Ministreavait détaillé la situation dans notre pays. Ainsi, nous apprend-elle, depuis 2007 ce sont une demi-douzaine de demandes d’insémination après le décès du père qui ont été rentrées en Belgique. Il convient de préciser que seuls l’Espagne, Les Pays-Bas, la Belgiqueet le Royaume-Uni autorisent l’insémination d’une femme après le décès de son conjoint. Plusieurs pays n’ont pas légiféré en la matière laissant ainsi un vide juridique à combler tandis que la frances’est positionnée, en 2004, sur une interdiction totale de l’insémination post-mortem du donneur. Un cas récent – en 2009 - a d’ailleurs secoué la France, celui de Fabienne Justel qui souhaitait un enfant de son mari décédé des suites d’un cancer. L’époux avait fait congeler ses gamètes et Madame Justel entendait les récupérer pour se faire inséminer. Elle s’est, bien entendu, heurter à la loi de 2004 mais elle a saisi la justice pour obtenir la restitution des gamètes arguant du fait que personne ne les avait prévenus, son époux ou elle, qu’il serait interdit d’utiliser les gamètes congelés en cas de décès du donneur. «Si nous avions su, nous nous serions tourné vers un autre pays»(1) expliquait Fabienne Justel… La Belgiquepar exemple ! Il faut dire qu’en matière de procréation médicalement assistée, la Franceest beaucoup plus timorée que la Belgique Ainsi, il n’est pas rare de voir des couples d’homosexuelles françaises franchir la frontière pour que l’une d’entre elles se fasse inséminer en Belgique où ça leur est autorisé. Fabienne Justel avait été déboutée en octobre 2009 de son recours en justice et en appel huit mois plus tard.

 

Mais revenons à la question principale qui mérite d’être posée. Autoriser une femme à être fécondée par le sperme de son conjoint décédé est-il une bonne chose ?

 

Cela dépend serais-je tenté de répondre dans un premier temps. Mais oui, répondrais-je après y avoir un peu réfléchi… à condition que le cadre de cet acte soit socialement et moralement justifié. Si l’on se dit : «Je vais toujours faire congeler un peu de sperme au cas où… On verra bien plus tard» alors je dis non ! Si l’on est dans le contexte d’un conjoint malade, qui est face à la mort et que les traitements doivent altérer la qualité de son sperme, que le couple veut un enfant, alors je dis oui ! Avoir un enfant de son conjoint décédé peut être un acte d’amour. La mort d’un conjoint n’entraine pas la fin de l’amour que l’autre lui porte, je pense. Et l’enfant est peut-être aussi une manière pour la femme d’entamer ou de clore un processus de deuil.

 

En France, les opposants à ce type d’insémination affirment que dans l’intérêt de l’enfant, il vaut mieux que les deux parents soient présents. «Son épanouissement dépend aussi de la présence du père» disent-ils. C’est évident ! Encore que cela dépende du père… Il existe bien des pères vivants qui ne sont pas des exemples favorables à l’épanouissement de leur gosse ! Mais si l’on argue de la présence du père pour l’épanouissement de l’enfant, ne faut-il pas légiférer différemment sur le divorce alors ? Voire l’interdire ? Car il existe bien des pères qui, suite à un divorce, ne voient plus leurs enfants… Globalement donc, si le couple voulait un enfant avant la mort du père potentiel et si la maladie empêche cette volonté d’aboutir alors je suis favorable au concept de fécondation après le décès du père…

 

Il faut savoir qu’un centre de procréation médicalement assistée peut toujours refuser de procéder à la fécondation post-mortem du donneur en invoquant une clause de conscience. Je me dis que l’idéal serait de généraliser un comité d’éthique dans les CPMA qui serait chargé de jauger les demandes et de les autoriser ou pas. C’est déjà le cas dans un centre en Belgique…

 

------

(1) Elle veut avoir un enfant de son mari décédé, on leparisien.fr, 28 juillet 2009

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

marie 13/09/2017 15:43

Bonsoir !
Je m’appelle Marie Lopez, je veux partager avec vous mon histoire. Il y a de cela 3 mois environ, c'était le calvaire dans mon foyer. Les disputes entre mon mari et moi se répétaient jusqu'au jour ou il quitta la maison. Suite à cela j'en ai parlé avec une amie qui m'a donné les coordonnés d'un Marabout Nabil à qui je devais m'expliquer. Comme j'aime beaucoup mon mari j'ai contacté cet Grand t’HOMME envoyer par Dieu pour m’aider qui m'a promis de me le faire revenir à la maison. J'ai donc suivie ces conseils et également fait des rituels. Exactement 3 jour après mon époux est revenu en me suppliant de lui pardonner pour tout ce qu'il a pu me fait et bien sur on s'est réconcilié. Ce fut un véritable miracle dans ma vie.
Alors pour tous vos problèmes (ruptures amoureuses ou de divorce et L'Envoûtement Amoureux/L'entente Sexuel sur une Personne , Blocages Sentiments Amoureux Perdu , Sauvez/Protéger Son Couple , Annulé une Rupture/Séparation ,
Éloignement Rivalité/Jalousie ; Fidélité ) je vous conseille de faire comme moi.
Je vous assure que vous trouveriez satisfaction ou résolution à vos problèmes. Pour cela voici ses coordonnées :

Email :maitrenabil2017@outlook.fr
Telephone :0022966380551


Merci

Camomille 07/03/2014 14:39

Votre article est intéressant. Pouvez vs me dire quels centres pratiquent la fécondation post mortem en Belgique.
Par avance merci,

Olivier 07/03/2014 15:59

Non, je pense qu'il faut voir auprès de chaque hôpital