Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juillet 2011 1 25 /07 /juillet /2011 12:13

Série de l’été : Stephen Roche tourne la deuxième page de sont triplé historique, 25 juillet 1987.

 

tdf25.jpgJ’ai toujours avoué un faible pour Stephen Roche dont j’aimais l’orgueil sur le vélo et la simplicité dont il faisait preuve. Professionnel entre 1981 et 1993, il collectionna 58 victoires mais passa assurément à côté d’une carrière exceptionnelle en raison d’une fragilité physique et d’une malchance hors du commun, un peu à l’image d’Alex Zülle quelques années plus tard. A son palmarès on accrocha, pourtant, trois Tours de Romandie (1983, 84 et 87), deux fois le Critérium International (1985 et 91), Paris-Nice (1981), Le Tour du Pays Basque (1989), Le Tour de Valence (1987), la Semaine Catalane (1991), trois étapes du Tour de France et deux sur le Giro… S’il fut assez régulier – surtout les années impaires, les paires lui portant souvent malheur !!! – il parvint à atteindre un sommet inégalé en 1987. Cette année exceptionnelle allait lui offrir les trois succès les plus prestigieux pour tout cycliste : le Tour d’Italie, le Tour de France et les Championnats du Monde… Un exploit que seul Eddy Merckx avait réussi avant lui et qui n’a jamais été réédité depuis !

 

Après une année 1986 marquée par les blessures, Roche entame 1987 sous de bons auspices. Il remporte le Tour de Valence avant de venir à bout, en mai, de son équipier Visentini dans un Giro riche en intensité. Au terme d’un repos mérité, Stephen Roche (Carrera Jeans) se présente à Berlin(1), au départ du 74è Tour de France dans la peau d’un des candidats à la victoire. Il faut dire que le Tour est ouvert en l’absence du retraité Hinault et de Greg LeMond, vainqueur de l’édition 1986, qui se remet difficilement d’un accident de chasse… Pedro Delgado (PDM), Laurent Fignon (Système U), Luis Herrera (Café de Colombie), Jean-François Bernard (Toshiba) ou Andy Hampsten (7 Eleven) peuvent aussi prétendre au succès final. A la Carrera, la guéguerre sur les routes du Giro entre Roche et Visentini n’a pas semblé apporté son lot d’enseignements à moins que Davide Boifava, le Directeur sportif, ne pense qu’une rivalité interne soit synonyme de davantage de chances de succès final… Toujours est-il que le Suisse Urs Zimmermann, lui aussi vainqueur potentiel, est associé à Roche pour ce Tour de France. Dès le départ, Roche se positionne comme le leader de son équipe ! Il boucle le prologue à la 3è place tandis que le lendemain après-midi la Carrera Jeans remporte le contre la montre par équipe pour l’installer en tête du général. Durant les étapes de plaines suivantes, la Carrera contrôle la course laissant la part belle aux baroudeurs et aux sprinters. Au matin de la 10è étape, un contre la montre au Futuroscope de Poitiers, seuls Laurent Fignon et, dans une moindre mesure, Steven Rooks (PDM) sont devant Roche au Général. L’Irlandais remporte le contre la montre et rejette Mottet à 42’’, Bernard à 1’24’’, Delgado à 2’29’’, Zimmermann à 2’51’’ et Fignon à 4’15’’… Hampsten est à 6’20’’ et Herrera à plus de neuf minutes, le Tour 87 est perdu pour eux !

Mais dès les contreforts des Pyrénées, Jeff Bernard attaque et emmène Herrera et Breukink dans sa fugue. Breukink l’emporte, Mottet s’empare du Jaune tandis que Bernard est second à une poignée de secondes. Stephen Roche, qui connait un jour sans, est rejeté à plus d’une minute au général… Ensuite à la faveur des étapes de montagne, Bernard, Roche et Delgado vont s’échanger quasi quotidiennement le maillot jaune offrant un spectacle extraordinaire aux spectateurs. Dans l’étape de Villard-de-Lans, Roche est phénoménal même si c’est Delgado qui s’empare du leadership. A deux jours du terme, Pedro Delgado n’a pas su prendre assez d’avance à Roche que pour conserver la tunique jaune lors du dernier contre la montre et, de fait, Roche se place second de cette étape derrière Bernard qui ne peut plus rien espérer au final et renvoie Delgado à plus d’une minute, ce qui lui assure une marge de 40 secondes suffisantes pour remporter, le 25 juillet 1987, le Tour de France...

 

L’Irlandais au visage poupin vient d’écrire la deuxième page de sont triplé magique. Il le ponctuera par la conquête d’un maillot arc-en-ciel, sous une pluie battante, à Villach quelques semaines plus tard. A ce jour, seuls Eddy Merckx (1974) et Stephen Roche (1987) ont réussi à remporter le Giro, le Tour de France et les Championnats du Monde sur route la même année…

 

Tour de France 1987

Classement final

1. Stephen Roche (Carrera Jeans)

2. Pedro Delgado (PDM) à 40’’

3. Jean-François Bernard (Toshiba) à 2’13’’

Maillot vert : Jean-Claude Van Poppel (Superconfex)

Maillot à pois : Luis Herrera (Café de Colombie)

Meilleur jeune : Raul Alcala (7 Eleven)

 

-----

(1) une gageure deux ans avant la chute du Mur de Berlin

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans A découvrir
commenter cet article

commentaires