Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 octobre 2006 2 17 /10 /octobre /2006 14:53

Ils sont désormais 300 millions… Et on tend vers une hispanisation de la population étasunienne !

uspopulation.jpgLa population des Etats-Unis atteint, ce mardi, la barre des 300 millions d'habitants ! Selon les calculs du Bureau du recensement américain, la population des Etats-Unis s'accroît d'un individu toutes les 11 secondes, si l'on fait la somme des naissances (une toutes les 7 secondes), des décès (un toutes les 13 secondes) et des entrées d'immigrants, légaux ou pas (un toutes les 31 secondes). Ainsi à 7h46 (11h46 GMT) ce mardi 17 octobre 2006, l'horloge statistique du Census Bureau marquera 300.000.000 d'habitants. L'Amérique a mis 39 ans à s'adjoindre une nouvelle centaine de millions d'habitants. C’est en 1967 qu’elle obtint son 200 millionième habitant. Elle ne mettra que 37 ans, selon les prévisions du Census Bureau à atteindre les 400 millions d’âmes !

Les minorités

Les Etats-Unis sont donc un pays à l’histoire jeune et qui se sont développés sur base de l’immigration de populations européennes et asiatiques ainsi que de la traite d’esclaves noirs en provenance d’Afrique… Si la population blanche compose la majorité (un peu moins de 200 millions de personnes aujourd’hui) de la population, il existe une quantité de minorités qui complètent la population étasunienne. Selon les chiffres du recensement, 14% de la population américaine aujourd'hui sont hispaniques, soit 42,7 millions d'individus, en 1968 ce chiffre était de 4%... Les noirs forment la deuxième minorité la plus importante avec 39,7 millions d'individus suivis par les Asiatiques (14,4 millions), les Indiens d'Amérique et originaires de l'Alaska (4,5 millions) et les indigènes des îles de Hawaï et pacifiques (990.000). Au rythme de croissance de la minorité hispanique, en 2050, un Américain sur quatre sera hispanique. Des démographes comme William Frey, professeur à l'université du Michigan et démographe à la Brookings Institution, voient un changement graduel de la population américaine et une domination latino d'ici une vingtaine d'années. «La croissance de cette nouvelle population représente un retour à notre passé d'immigrant», estime-t-il soulignant que les immigrants hispaniques représentent le futur du pays.

Davantage de poids aux Hispaniques

Malgré le débat sur l’immigration (les USA sont le premier pays d’immigrations au monde avec ± 2 millions d’immigrants annuels et on compte quelque 36 millions, soit 12% de la population, d’américains nés en dehors des frontières, en outre le nombre d’illégaux, en provenance surtout, d’Amérique latine est estimé à 12 millions de personnes !) qui fait rage aux Etats-Unis à quelques jours des élections législatives, il semble donc se démontrer que ce pays connaît une vague importante d’immigration. Celle-ci devrait donner une nouvelle couleur au pays et à son fonctionnement d’ici un demi-siècle tout au plus. Si, comme le prévoit le Census Bureau, un Américain sur quatre sera hispanique en 2050, il est évident qu’il faudra, dès lors, tenir compte de cette réalité dans les années à venir. Successivement, les Etats-Unis ont été contraints, tenant compte des réalités de la population, d’intégrer les migrants dans les arcanes de la société, les Italiens d’abord (avec notamment Fiorello La Guardia, Maire de New York entre1934 et 1945 et dont un aéroport de la Big Apple porte le nom, Antonin Scalia, premier juge italo-américain nommé en 1986 à la Cour Suprême, ou Rudy Giuliani, également Maire de New York de 1994 à 2001 et candidat à l’investiture républicaine pour 2008) ; les blacks également (Hiram R. Revels, 1er Sénateur noir en 1870, Thurgood Marshall, 1er juge noir nommé à la Cour Suprême en 1967, Colin Powell ou Condoleeza Rice plus prêts de nous…). Les réalités de la présence massive des Hispaniques aux Etats-Unis devraient également contraindre les Administrations à venir à confier davantage de postes-clés à des hispanophones de souches.

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article

commentaires