Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juillet 2010 2 20 /07 /juillet /2010 13:01

Un plongeur suédois remonte des Veuve-Cliquot de la fin du 18è siècle. Cette découverte doit encore être authentifiée mais le vin a merveilleusement bien résisté à deux siècles de conservation sous-marine…

 

cliquot.jpgQuestion Sciences et Nature : Quel est le plus vieux Champagne buvable au monde ? Il s’agit d’une bouteille de Perrier-Jouet qui date de 1825. Enfin pour quelques jours encore… peut-être ! En effet, une trentaine de bouteilles de Champagne Veuve-Cliquot viennent d’être retrouvées par plusieurs mètres de fond au large de la Finlande.

 

Christian Ekström est un plongeur suédois qui a décidé d’explorer les profondeurs de la mer Baltique pendant les vacances. Début juillet, au large de l’île d’Aaland, un territoire finlandais, il était parti en exploration d’une épave qui avait coulé vers la fin du 18è siècle. A cette profondeur, 55 mètres, il fait très sombre et Ekström ne parvient pas à trouver le nom du bateau, alors il cherche un élément qui pourrait au moins permettre de dater l’épave. Son regard est attiré par un flacon. Il s’en saisit et le remonte à la surface… Une bouteille de Champagne. Immédiatement, une question vient à l’esprit d’Ekström et de ses amis : comment un champagne résiste-t-il à près de 250 ans d’immersion dans l’océan. L’idée d’ouvrir la bouteille est tentante et les plongeurs n’y résistent pas. La tentation les entraîne ensuite à goûter le breuvage mais pour éviter tout risque, Ekström s’adresse à une œnologue d’Aaland qui estime que le vin peut-être goûter car conservé à température constante dans l’obscurité des profondeurs. L’œnologue s’associe d’ailleurs aux plongeurs pour déguster le breuvage qui sommeillait depuis près d’un quart de millénaire dans la Baltique. Et là, une très agréable surprise les attend ! Au regard d’abord car la robe du Champagne est or très sombre ; au goût ensuite : «Le nez est très intense, avec beaucoup de tabac, mais aussi des raisins et de fruits blancs, de chêne et d'hydromel. La bouche est vraiment surprenante, très sucrée mais avec tout de même de l'acidité» explique Ella Grüssner, l’œnologue ravie d’avoir eu la chance de goûter le nectar.

 

Lors d’une nouvelle plongée sur l’épave, Ekström et ses amis ont remonté une trentaine de bouteilles identiques. Elles ont été envoyées en France pour analyses dans un laboratoire de chez Moët et Chandon. Et d’après les premières conclusions du laboratoire, il s’agirait de Veuve-Cliquot dont la production remonte entre 1782 et 1788, soit au début de l’activité de la célèbre Maison rémoise. Après quelques recherches, Ekström pense qu’il pourrait s’agir d’un cadeau envoyé par le Roi Louis XVI à l’Impératrice Catherine II dans le cadre des bonnes relations entre la France et la Russie à la fin du 18è siècle. Ce n’est pas impossible car, effectivement, durant ce siècle dit des Lumières, s’est créé un rapprochement diplomatique, économique et culturel entre les deux nations. Un rapprochement qui prendra fin avec les Guerres Napoléoniennes à l’aube du 19è siècle…

 

Quoi qu’il en soit – et ça nous éloigne de l’érudition du Siècle des Lumières pour nous ramener brutalement aux contingences matérielles et financières du 21è siècle que je dis des Finances – une fois la certitude acquise quant au contenu des bouteilles et à leur année de production, chaque flacon devrait rapporter une fortune. Selon les estimations d’esperts œnologues, chaque bouteille devrait avoisiner la valeur de 70.000€ dont une partie, après vente aux enchères, devrait revenir à Christian Ekström… Peu importe le flacon, il aura certainement l’ivresse !

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article

commentaires