Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juillet 2008 1 07 /07 /juillet /2008 15:16

Tour de France : les années en huit accouchent d’une affaire de dopage…

88888.jpgLe Tour de France 2008 est lancé, et bien lancé même. Les deux premières étapes, plutôt vallonnées, ont déjà offert leur lot de spectacle. C’est simple, côté spectacle on est déjà plus gâtés sur deux jours que sur l’ensemble de la première semaine des quatre ou cinq éditions précédentes… Il y a même le petit pied de nez du destin aux organisateurs avec le leadership d’Alejandro Valverde. Le double vainqueur de Liège-Bastogne-Liège était cité dans le dossier Puerto, c’est le seul «gros poisson» de ce dossier qui n’a pas pu être empêché de participer au Tour 2008. Et pourtant plusieurs procédures avaient été ouvertes par l’UCI à son encontre mais la fédération espagnole de cyclisme et le Tribunal Arbitral du Sport (TAS) y avaient opposé un véto… Cité, éclaboussé mais pas emporté par le tourbillon ! C’est quand même un clin d’œil ironique aux organisateurs que de voir Valverde en jaune dès le premier soir. Christian Prud’homme doit quand même un petit peu s’en mordre les doigts, non ? Lui qui voulait enfin un Tour propre doit remettre le premier maillot jaune à un gars cité dans Puerto… J’espère aussi que l’ami Prudhomme n’est pas trop superstitieux car nous sommes dans une année en huit ! Et toutes les années en huit, depuis 40 ans, le dopage pointe le bout de son nez.

1968 : le premier exclu pour dopage

Le dopage est un phénomène dont on parle de plus en plus dans le cyclisme, le décès, l’été précédent, de Tom Simpson sur les pentes du Ventoux n’y est pas étranger. Il est chargé de Tonédron lorsqu’il décède par une forte chaleur le 13 juillet 1967. Dès lors, les organisateurs du Tour de France 1968 instituent les premiers contrôles anti-dopage quotidiens. Le premier coureur de l’histoire du Tour – une histoire qui ne semble malheureusement pas avoir retenu son nom – est exclu pour dopage. Le site Cyclisme-Dopage nous apprend que lors de ce Tour 1968, 38 coureurs sur les 110 présents au départ (soit 34,5%) ont eu ou auront recours au dopage dans leur carrière(1)…

1978 : l’éphémère maillot jaune de Pollentier

Le grimpeur belge, Michel Pollentier participe, en 1978, à son cinquième Tour de France, il a déjà terminé deux fois dans le top 10 (1974 et 1976) et son palmarès présente également trois succès d’étape, à Orléans (1974), à Super Lioran (1975) et à Fleurance (1976). En outre, Pollentier a remporté le Giro 1977. Aussi, le 16 juillet lors de la prestigieuse étape de l’Alpe d’Huez, personne n’est vraiment surpris de le voir s’envoler vers la victoire et le maillot jaune. Il reste six étapes dont une de montagne et un contre-la-montre, exercice dans lequel Pollentier se défend honorablement, alors la Belgique se prend à rêver d’un successeur à Lucien Van Impe, vainqueur en 1976… Mais, comme tout vainqueur d’étape, Michel Pollentier doit se soumettre au contrôle anti-dopage. Quelques instants après avoir endossé le jaune sur le podium, il passe au contrôle. Pollentier, probablement chargé, a recours à une technique bien connue à l’époque qui consiste à dissimuler une poire d’urine saine sous l’aisselle avec un tuyau fixé le long du bras jusqu’à la main. En pompant avec le bras, l’urine coule alors dans le tuyau jusque dans le récipient qui doit recueillir l’urine pour le test… L’urine de la poire étant saine, le coureur même dopé passe le contrôle avec succès. Mais voila, Pollentier fut maladroit et se fit prendre en flagrant délit. Il fut déclassé sur le champ et sa victoire d’étape fut attribuée à Hennie Kuiper qui avait terminé deuxième.

1988 : les règlements discordants au secours de Delgado

En l’absence du vainqueur sortant, Stephen Roche, le Tour 1988 n’a pas vraiment de super favori, même si Pedro Delgado, deuxième en 1987, est cité comme vainqueur potentiel. Ses principaux rivaux sont tous néerlandais ; Erik Breukink et les siamois Steven Rooks et Gert-Jan Theunisse. Si les duettistes bataves font un grand numéro à l’Alpe d’Huez, Rooks l’emportant devant Theunisse, Delgado ne concède que 17 secondes avant, le lendemain, de s’imposer dans le contre-la-montre de la 13è étape à Villard-de-Lans. Il repousse Rooks à plus d’une minute, Breukink à plus de deux et Theunisse à 3’09’’… Dans toutes les étapes pyrénéennes, les trois Hollandais perdent du temps, rien d’énorme par étape mais ces débours de secondes s’additionnent, finalement, à plusieurs minutes. Le 20 juillet, à Pau, alors que la montagne est derrière, Delgado possède quatre minutes d’avance sur Rooks, six sur Parra et plus de sept sur Steve Bauer… Il a course pratiquement gagnée ! Cependant, le lendemain, à l’étape de Bordeaux, Perico est contrôlé positif au probénicide, un produit qui masque la prise d’anabolisants… Stupeur sur le Tour, son leader est en passe d’être exclu alors que la course est jouée. Mais, la lutte contre le dopage est encore loin d’être au point et le probénicide, s’il est interdit par le Comité International Olympique (CIO) ne l’est pas par l’Union Cycliste Internationale (UCI). Cette discordance dans les règlements va jouer en faveur de Delgado qui n’est pas exclu et remporte l’épreuve. Le Tour de France 2008 est donc remporté par un coureur dopé !

1998 : l’affaire Festina

Est-il réellement besoin de rappeler le tintamarre causé par la fameuse affaire Festina ? Dès avant le départ, à Dublin, Willy Voet, un soigneur de l’équipe Festina, est arrêté à la frontière franco-belge dans une voiture de l’équipe qui contient 500 doses de produits dopants (amphétamines, EPO, hormones de croissance et testostérone). Voet passe rapidement à des aveux qui dénoncent un dopage organisé au sein de l’équipe Festina. Le directeur Sportif de l’équipe, Bruno Roussel, avoue à son tour. Festina est une équipe remarquable qui regroupe trois vainqueurs potentiels, Alex Zülle, Laurent Dufaux et le chouchou de la France Richard Virenque. Laurent Brochard, le Champion du Monde, et Christophe Moreau, le grand espoir du cyclisme français, sont également membres de l’équipe. Devant les aveux des dirigeants de Festina, les organisateurs du Tour de France décident, le 18 juillet, d’exclure toute l’équipe. Le public témoigne de sa colère devant cette décision qui expulse son favori, Virenque, de la course. Beaucoup invoquent la présomption d’innocence qui n’a pas été respectée par les organisateurs… Quelques jours plus tard, c’est l’équipe hollandaise TVM qui subit le même sort pour les mêmes raisons. Les équipes espagnoles, emmenées par Laurent Jalabert qui porte alors le maillot de la Once, s’indignent contre les méthodes utilisées par la police française qui perquisitionne les hôtels des coureurs à n’importe quel moment du jour ou de la nuit. Le 29 juillet, l’étape est neutralisée suite à un mouvement de grève ; Laurent Jalabert et toute la Once quittent ce Tour scabreux qui verra finalement la victoire de Marco Pantani qui sera, par la suite, contrôlé positif deux fois, en 1999 et 2001, sur le Giro avant de décéder d’une overdose de cocaïne en 2004…

Existe-t-il une fatalité des années en huit ? Je n’y crois pas mais l’ami Prudhomme qui se complaisait à relever dans un éditorial(2) que tous les Tours de France qui ont démarré de Bretagne ont accouché d’un vainqueur exceptionnel a du remarquer aussi, s’il est attaché à ces petits clins d’œil, que les Tours de France des années en huit accouchaient d’une sombre affaire de dopage…

Ajout du 1er août 2008

 

Et pour ne pas aller à l’encontre de la tradition, ce Tour de France 2008 a eu son lot d’affaires de dopage. Manuel Beltran (Liquigas), Moise Duenas (Barloworld), Riccardo Ricco (Saunier Duval), Leonardo Piepoli (Saunier Duval) et Dimitri Fofonov (Crédit Agricole) ont tous les cinq été contrôlés positifs et exclus du Tour voire de leur équipe…


-----------
(1) in Tour de France 1968 : les vrais chiffres du dopage, mise à jour 4/07/2008, sur Cyclisme-Dopage
(2) Editorial de Christian Prudhomme sur le site officiel du Tour de France

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Le monde est fou !
commenter cet article

commentaires