Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juillet 2012 4 26 /07 /juillet /2012 14:52

Aux J.O., les athlètes devront se méfier de leurs tweets et autres commentaires sur les médias sociaux.

twitterJO.jpgLes médias sociaux ont atteint les milieux athlétiques et sportifs comme tous les autres milieux, il n'y avait pas de raisons que les sportifs de haut-niveau ne succombent pas à ces médias que d'aucuns se complaisent toujours à qualifier de "nouveaux" alors que certains d'entre-eux frôlent le cap de la décennie. Evidemment qu'ils y ont succombé, c'est un moyen rapide et large de diffuser leurs exploits. Avec Twitter, Facebook ou YouTube, les sportifs n'ont plus besoin d'attendre les médias traditionnels pour ventiler leurs performances... Lors des Jeux Olympiques, les athlètes présents à Londres ne se priveront pas de tweeter ou de facebooker mais le Comité International Olympique (CIO) a décidé d'imposer certaines règles que les participants aux J.O. se devront de respecter. Gare à celui qui les transgressera, la triple-sauteuse grecque Voula Papachristou l'a d'ores et déjà appris à ses dépens ! Pour un tweet à caractère raciste, elle a purement et simplement été exclue des Jeux Olympiques avant même qu'ils ne commencent ! Respectant les consignes du CIO, le Comité Olympique Grec a pris la seule décision qui s'imposait pour sanctionner un message qui va à l'encontre des valeurs de l'olympisme : l'exclusion. "Elle s'est placée elle-même hors de l'équipe olympique"(1) a déclaré le Président du Comite Olympique Grec, Spyros Kapralos, "Elle a manqué de respect à une valeur olympique de base. Elle a commis une erreur et, dans la vie, on paie pour ses erreurs"(1). L'apparition des médias sociaux a engendré une vigilance accrue de la part du CIO qui, voici quelques années encore, pouvait règler certains dérapages en son sein, sans que ce ne soit ébruité sur la place publique. Mais Twitter, Facebook et autres blogs ont permis la diffusion rapide de certaines informations et de certains états d'âmes ou d'esprit... Parfois trop rapide ! On se souviendra, en mars dernier à l'issue des tueries de Toulouse, des prises de position sur Twitter du footballeur français, André-Pierre Gignac, et du Cycliste Jérôme Pineau qui avaient suscité des polémiques, mais aussi des insultes à l'encontre d'un arbitre lancées sur le même réseau par le joueur de Liverpool, Ryan Babel, qui avait d'ailleurs été condamné à une lourde amende pour ses propos, ou encore des propos homophobe tenus, en 2010, par la nageuse australienne Stephanie Rice qui lui avaient fait perdre un gros contrat publicitaire.

Conscient qu'il ne peut pas interdire - heureusement d'ailleurs - aux athlètes présents à Londres d'utiliser les médias sociaux, le CIO a quand même tenu à donner des consignes. Ces consignes sont les suivantes :
- les athlètes ne doivent pas jouer aux journalistes, ils doivent écrire à la première personnes du singulier (ou du pluriel s'ils évoquent leur équipe) comme dans un journal personnel;
- les propos qui vont à l'encontre de la Charte Olympique sont interdits;
- les propos vulgaires et grossiers sont également prohibés;
- toute forme de publicité est à exclure des propos laissés sur les réseaux sociaux.

Le CIO a clairement prévenu que tout commentaire intempestif laissé sur les médias sociaux exposera son auteur à une exclusion prématurées des Jeux Olympiques ! Mais ces règles sont valables pour l'ensemble des personnes (sportifs, encadremenent, journalistes, accompagnants...) accréditées par l'organisation. Les accréditations accordées aux athlètes ou aux organisations présents sur les Jeux pourront être retirées sans préavis en cas de manquement aux consignes a encore précisé le CIO. Et finalement, l'exclusion de Papachristou tombe à pic pour convaincre ceux qui en doutaient que le CIO et ses branches nationales veillent au grain. Le comportement de Voula Papachristou et la sanction liée vont rendre les autres athlètes plus prudents, pense-t-on du côté du CIO. Afin d'éviter tout dérapage avec deux athlètes considérés "à risques", le Comité Olympique Australien a purement et simplement privé deux nageurs, Kenrick Monk et Nick D'Arcy, de réseaux sociaux. Pendant toute la durée de leur présence à Londres, ils ne pourront ni tweeter, ni facebooker, quelle que soit la teneur du message, sous peine de se voir exclus de la délagation australienne. Après les frasques de Rice, les autorités olympiques australienne ne rigolent pas avec dérapeurs potentiels... Il en va de l'image de marque de leur délégation et donc de leur pays !

Parfois, 140 caractères peuvent ruiner toute une préparation olympique et des espoirs de médailles. Les athlètes participants aux J.O. de Londres ont intérêt à garder cette pensée à l'esprit !

-----
(1) Papachristou : Voula, c'est déjà fini les Jeux !, par J.G., on metrofrance.com, 26 juillet 2012

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article

commentaires