Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 octobre 2013 3 30 /10 /octobre /2013 13:41

Istanbul a inauguré hier son passage de métro qui relie l'Europe à l'Asie, sous le Bosphore.

marmaray.jpgIstanbul est une ville magnifique, riche d'histoire, de culture, d'arts et d'architecture. Mais c'est aussi une ville moderne, à l'interface de deux continents. Située sur le détroit du Bosphore qui marque la limite méridionale entre l'Asie et l'Europe, la ville s'étend sur 2650 km² et constitue ainsi l'une des plus grande mégalopole du monde. Pour  parcourir l'immensité de cette ville et déplacer une partie importante de 13 millions d'habitants ainsi que les nombreux touristes qui visitent l'ancienne Constantinople, les autorités stambouliotes ont développé, depuis des années, un système de transports en commun remarquable fait de bus, de métros, de tramways, de dolmus (des minibus) et même d'un funiculaire. L'offre multimodale couvre l'ensemble de la ville, des deux côtés du Bosphore. Le métro est l'une des possibilités de transport en commun les plus récente puisqu'il n'a vu le jour qu'à l'aube du 21è siècle. Face à l'engorgement de la ville dans les années '80, il était essentiel de trouver une solution pour véhiculer un maximum de personne avec une alternative à la voiture, une solution complémentaire aux bus et aux tramways. Rapidement, l'idée du métro s'est imposée et les travaux ont commencé en 1992. Il aura fallu huit années pour terminer les premiers tronçons et inaugurer le métro stambouliote, c'était le 16 septembre 2000. Depuis, le réseau a fortement évolué puisqu'il comprend désormais quatre lignes - dont deux dites Halif Metro, Métro Léger - qui couvrent ensemble quelque 75 kilomètres.

En 1987, face à l'engorgement des deux ponts qui franchissent le Bosphore et qui permettent de relier les deux continents, il avait été décidé de percer un tunnel sous-marin qui permettrait le passage d'un transport en commun. Ce n'était pas la première fois que l'idée d'un tunnel sous le Bosphore était envisagée puisque, dès 1860, le sultan Abdulmecit 1er avait ce projet afin de gagner du temps sur la fameuse Route de la Soie. L'idée fut à deux doigt de se concrétiser, trente ans plus tard, quand Abdulhamid II(1) confia à des architectes français, anglais et américains la responsabilité de trouver la meilleure façon de procéder. Plusieurs projets avaient été présentés au sultan mais leur concrétisation ne vit jamais le jour par manque de moyens financiers et technique. Lorsque l'idée refit surface, en 1987, les études de faisabilité et l'appel d'offres ont pris plusieurs années, ce n'est qu'en 2004 que les travaux ont débuté. Aujourd'hui, 120 ans après l'idée d'Abdulmecit 1er, le tunnel sous le Bopshore a vu le jour. Sa traversée sera nettement plus rapide puisque le trajet subaquatique - soit 1,4 kilomètres jusqu'à 62 mètres de profondeur - se fera en quatre minutes. L'ensemble du nouveau tronçon, baptisé Maramay(2), mesure près de 14 kilomètres et relie Halkali, au sud-ouest de la ville sur la rive européenne, à Atalar, au sud-est sur la rive asiatique.

Paré pour faire face  un séisme !

La réalisation du tunnel sous le Bosphore est une véritable prouesse technique. Il est donc immergé par plus de 60 mètres et est constitué de 11 sections de 123 mètres d'un poids unitaire de 18 tonnes. Ce tube est relié à deux tunnels - un côté européen, l'autre côté asiatique - qui font de cette nouvelle ligne de métro un ensemble totalement couvert. Mais la difficulté résidait surtout dans la proximité de la faille sismique nord-anatolienne qui passe à moins de 20 kilomètres. Il fallait donc prévoir une construction antisismique afin de prévenir une véritable catastrophe en cas de séisme. En effet, la faille nord-anatolienne, longue de ± 1000 kms à travers la Turquie a fréquemment été secouée par des tremblements plus ou moins importants mais le secteur qui passe au sud de la ville d'Istanbul n'a pas bougé depuis 1766. Les sismologues n'y excluent pas la possibilité d'un séisme important dans les années à venir.

Quelques 15.000 personnes - parmi lesquelles très peu de réprésentants diplomatiques des autres pays ce qui en dit long sur les motivations européennes à laisser entrer la Turquie dans l'UE - ont donc assisté hier à l'inauguration du Marmaray et du tunnel sous le Bosphore. D'autres travaux d'agrandissement du métro d'Istanbul sont prévus dans les années à venir, le prolongement de lignes existantes, notamment, mais aussi la création d'au moins deux nouvelles lignes ainsi que celle d'un mini-métro, au nord de la Corne d'Or, dans le nord de la ville. Les travaux de ce mini-métro sont déjà en cours. Les prévisions font, dans un avenir proche, d'Istanbul la troisième mégalopole mondiale en terme d'utilisation de métro derrière Tokyo et new York.

A noter que les travaux de cette ligne ont été retardés par la découverte de trésors archéologiques lors du chantier sur la partie européenne. En effet, des vestige du port de Theodose et de la muraille de Constantinople (édifiée par Constantin le Grand au 7è siècle avant JC) ont été mis à jour.

-----
(1) Abdulhamid II (qui régna de 1876 à 1909) avait succédé à son père Abdulmecit 1er (1839-1861) après Abdulaziz (1861-1876) et Mourad V (1876).
(2) contraction évidente de Marmara et Ray (qui signifie rail en turc)

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article

commentaires